C’est à l’occasion du tout premier conseil des ministres du Gouvernement Kassory2, tenu ce jeudi, 02 juillet 2020, que le président Alpha Condé, président du conseil, a abordé la lancinante question de la réouverture des frontières aériennes pour les vols en provenance et à destination de Conakry. Même si aucun pays n’a encore ouvert son espace aérien à la Guinée pour le trafic commercial, les autorités nationales ont déjà fait savoir qu’il y aura des conditions à remplir par les éventuels passagers de tout vol qui se poserait sur le tarmac de l’aéroport international de Gbéssia, Conakry.

Il a également été demandé au ministère en charge des Transports de concocter un protocole et un calendrier de reprise des vols commerciaux et d’une reprise progressive du trafic aérien international. Mais, en attendant, le régime guinéen promet d’appliquer le principe de réciprocité vis-à-vis du pays d’origine (un peu comme l’ont annoncé d’autres pays comme le Sénégal…).

Sans le dire expressément, ces genres de messages s’adressent sans doute aux pays occidentaux dont certains comme ceux membres de l’Union européenne, ont ouvert leurs espaces aériens à des pays spécifiques considérés comme de bons élèves dans la lutte contre la Covid-19…

Bref, concernant les régime à appliquer aux passagers des vols internationaux, la Guinée exige trois conditions et annonce déjà une exception à accorder à des catégories spécifiques des voyageurs. Ce sont :

– L’obligation pour les passagers entrant de disposer d’un résultat négatif récent de test à la Covid-19 ;

– L’obligation de se soumettre également à un autre test à l’arrivée à Conakry ;

– L’obligation, sauf cas exceptionnel, de se soumettre à une contrainte de confinement à l’arrivée pour une durée qui sera définie en accord avec l’ANSS ;

– La mise en place d’une procédure particulière, applicable au personnel diplomatique, aux experts et consultants étrangers, ainsi qu’aux techniciens des sociétés minières ou réalisant des contrats publics.

Comme on le sait, l’Union européenne (UE) a officiellement rouvert ses frontières extérieures depuis hier, mercredi 1er juillet 2020. Mais, seuls 15 pays sont pour le moment acceptés dans l’espace Schengen. Ce sont les voyageurs venant d’Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie, Uruguay et la Chine (à condition que ce pays accepte de recevoir des ressortissants des Européens).

Les ressortissants de la République de Guinée et ceux de tous les autres pays (y compris des Etats Unis) n’ont pour le moment pas le droit d’y aller… C’est pour cette raison que les « frustrés » annoncent très tôt leur volonté d’appliquer la réciprocité, sans doute dans le secret espoir que cela décidera les 27 à s’ouvrir un peu plus…

A suivre !

Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin