Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif

Lors d’une rencontre tenue il y a quelques jours au Caire, en Egypte, la Confédération Africaine de Football (CAF) a pris des décisions sur la suite à donner aux compétitions africaines des clubs à cause de la propagation du coronavirus. Il s’agit entre-autres de la tenue des demi-finales et de la finale de la Coupe de la CAF au Maroc. Le Horoya AC de Matam, qualifié pour ces 1/2 finales, y croisera le fer avec les Egyptiens de Pyramids.

Pour parler des défis et des chances du club de Matam, un reporter de Guineematin.com a donné la parole à Thierno Saidou Diakité, consultant sportif, dans la journée d’hier, jeudi 02 juillet 2020.

Concerné par cette décision de la CAF, le Horoya AC, champion de Guinée en titre, va revoir sa stratégie en prélude à la demi-finale de la coupe de la CAF qui va se jouer en seul match. Le match pourrait se jouer en septembre 2020.

Pour le consultant sportif Thierno Saidou Diakité, chef du département Relation Publique du COCAN 2025, cette décision de la CAF aura un impact sur le Horoya qui devra revoir ses plans. « Cette décision va quelque peu perturber les plans de préparation de l’équipe qui avait entamé déjà les entraînements dans l’optique de deux matches en aller et retour. Maintenant, il va falloir recadrer les séances d’entraînement dans la perspective d’une seule rencontre. Ça va poser des problèmes à l’entraîneur. Parce que là, il faut qu’il voit son schéma tactique, son plan de jeu et même la préparation physique des joueurs. Maintenant, il faut jouer un seul match et là il faut faire très attention. C’est-à-dire qu’il faut envisager une perspective de prolongations ou bien une séance de tirs au but. Ça veut dire que fondamentalement, il va revoir le plan de préparation de l’équipe », estime monsieur Diakité.

Ce consultant sportif pense que l’Entraîneur du Horoya AC, Lamine N’Diaye, a toutes les qualités pour surmonter cette montagne de Pyramids FC et se qualifier pour la finale. « Lamine N’Diaye est un entraîneur très expérimenté et chevronné. J’avoue qu’en 2010, il a disputé la coupe du monde des clubs avec le TP Mazembé. Ce qui est un exploit. Pendant presque 5 à 6 ans avec ce club, il a été bon. C’est un professionnel, à tout point de vue irréprochable. Je pense qu’il prendra les dispositions adéquates pour réajuster la préparation de l’équipe, pour qu’elle soit au mieux de sa forme pour disputer le match de demi-finale en une seule rencontre… ».

Par ailleurs, le consultant sportif dit que la Guinée sera également privée d’une demi-finale de la CAF qui n’arrive pas tous les jours. « Autres conséquences, c’est que le public guinéen sera privé d’une demi-finale. C’est vraiment historique parce que ce n’est pas tous les jours qu’une équipe ou un club dispute une demi-finale de coupe d’Afrique. C’est bien dommage pour la Guinée. On avait souhaité que Conakry abrite la demi-finale retour au stade du 28 septembre ou sur le stade de Nongo », a-t-il fait savoir.

En outre, Thierno Saidou Diakité regrette le choix du Maroc d’abriter ces demi-finales et même la finale, alors que le pays compte déjà des représentants dans cette compétition. « La décision est discutable. Depuis quelques années, le Maroc est en train de mener un sérieux lobbying pour qu’il soit le centre d’intérêt, la capitale du football continental. Progressivement, ils sont en train de damer le pion à l’Egypte. Le Maroc a abrité certaines compétitions. La dernière édition du CHAN s’est déroulée au Maroc. Vous voyez que le Maroc a des clubs engagés dans cette compétition. Il aurait fallu, pour une question d’équité, de programmer les demi-finales dans un autre pays, quitte à jouer la finale au Maroc. Le Maroc est en train de faire un sérieux lobbying pour que ce pays soit un peu le centre d’intérêt du football continental. Le Maroc joue sa carte et a réussi dans sa diplomatie à attirer l’attention de la CAF pour leur pays », soutient-il.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 69

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin