Dans le cadre des préparatifs de l’élection présidentielle prévue pour se tenir le 18 octobre prochain en Guinée, la CENI a organisé ce jeudi, 2 juillet 2020, la première rencontre du comité inter-parties (CIP). Une réunion technique qui devait normalement regrouper toutes les parties concernées par le processus électoral pour plancher sur certaines questions, dont la révision exceptionnelle des listes électorales et le chronogramme électoral.

Mais, les partis principaux partis politiques d’opposition ont boudé la rencontre. Ces formations politiques, membres du FNDC, n’ont envoyé aucun représentant, a constaté un reporter de Guineematin.com qui est sur place. Interrogé sur les raisons de cette décision, Saïkou Yaya Barry, le secrétaire exécutif de l’UFR, a rappelé d’abord que l’opposition a déjà rejeté la date proposée par la CENI pour le tenue de la présidentielle.

Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines

Selon lui, l’institution électorale devait associer les partis politiques à l’élaboration du chronogramme plutôt que de mettre la charrue avant les bœufs. « Déjà, pour qu’il y ait chronogramme, il faut qu’il y ait consensus. Mais, il n’y a eu aucune rencontre entre la CENI et les partis politiques autour de l’élaboration du chronogramme de l’élection présidentielle. C’est après la publication du chronogramme qu’on appelle maintenant les partis politiques pour discuter ? On ne met pas quand même la charrue avant les bœufs.

Personnellement, je pense que tout le combat de l’opposition doit se focaliser sur le départ d’Alpha Condé, pas autre chose. Nous ne devons pas aller à des dialogues qui n’aboutiront à rien, parce qu’au finish, Alpha Condé est décidé à tout gâter à son profit », a laissé entendre ce cadre de l’Union des Forces Républicaines, parti dirigé par Sidya Touré.

Pendant que les membres du comité inter-parties se réunissaient dans un réceptif hôtelier de Conakry, les opposants se retrouvaient également au siège du FNDC pour une assemblée générale extraordinaire, qui fait suite à l’interdiction de leur marche du 8 juillet prochain. A l’issue de la rencontre, le Front National pour la Défense de la Constitution a appelé les Guinéens à une manifestation grandiose le 20 juillet 2020 pour exiger le départ du président Alpha Condé.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin