Honorable Abdoulaye Kourouma, président du parti RRD

Le député Abdoulaye Kourouma ne semble pas ébranlé par sa destitution de son poste de 6ème secrétaire parlementaire de l’Assemblée nationale. Au contraire, le président du parti politique Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD) se dit galvanisé par cette décision des députés du parti au pouvoir. Une décision qui est due, selon lui, à des raisons politiques, notamment ses prises de position par rapport à la falsification de la nouvelle constitution issue du référendum contesté du 22 mars 2020. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce samedi 4 juillet 2020.

« Mon exclusion me réconforte dans ma position d’opposant. Cela traduit que je joue très bien mon rôle, parce j’ai réussi à toujours défendre les lois, à dénoncer ce qui est mauvais et à dire ce qui doit être. Si c’est pour mes prises de position que la dictature de la majorité est appliquée sur moi, cela ne peut que me réconforter. Ça veut dire que les populations ont des gens à l’hémicycle qui défendent leurs intérêts. J’ai été exclu pour des fins politiques. J’ai été exclu pour mes prises de position politiques. Tout est venu d’une demande du bureau où on devrait adapter les lois organiques à la constitution.

J’ai demandé laquelle des constitutions, puisqu’il y a des problèmes au niveau de la constitution. Mon chef hiérarchique a dit non, sur cette question le ministre de la justice va répondre. J’ai dit non, nous sommes des parlementaires, nous devons nous intéresser à cette question qui est la constitution. Evidemment, le ministre a fait sa communication, mais nous devons toujours continuer à dénoncer. Il m’a été demandé de ne pas parler de la constitution, j’ai dit non, je ne suis pas de la mouvance présidentielle, je suis de l’opposition.

Donc, ce qui est falsifié est falsifié, ce qui est violé est violé. Il s’agit d’une falsification, nous avons les preuves à l’appui. Donc, je leur ai dit que pour rien au monde, je ne peux me taire sur des choses comme ça. C’est ainsi qu’on m’a dit que si je continuais à parler ainsi, ils vont me sortir du bureau. J’ai alors dit que si c’est à cause de notre opinion politique que nous devons être sortis du bureau, moi je suis prêt. Donc, en clair, c’est cette affaire de nouvelle constitution qui est à la base de tout ça », a-t-il révélé.

Le député, membre du groupe parlementaire Alliance Patriotique, annonce que cela ne va nullement le dissuader dans son combat. « Nous allons continuer le combat, il faut être sûr de ça. Nous n’allons pas baisser les bras, parce que nous n’avons que notre verbe pour dire, pour informer la population de ce qui est en train de se passer, dénoncer ce qui est en train de se passer. C’est ce que nous faisons et c’est ce que nous allons continuer à faire. Je ne coopère pas avec les lâches », a prévenu l’honorable Abdoulaye Kourouma.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin