Badra Aliou Cheickna Koné, président du mouvement Nouvelle Génération Politiques, NGP

Nouvelle Génération Politique (NGP), c’est le nom du nouveau mouvement politique mis en place par Aly Badra Cheickna Koné, le deuxième vice maire de la commune de Matam. Il a été lancé officiellement dans la soirée du samedi, 4 juillet 2020, à Conakry. La cérémonie a connu la présence des représentants de plusieurs formations politiques de l’opposition, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Un mois après sa démission de l’UFR, Badra Koné lance son propre mouvement politique et s’engage dans la conquête du pouvoir. Avec la Nouvelle Génération Politique, l’ancien secrétaire général de la jeunesse du parti de Sidya Touré entend changer la façon de faire la politique en Guinée, en donnant une place de premier rang aux jeunes.

« Nous avons décidé de constituer un mouvement politique pour prendre position sur les questions de la vie nationale, contribuer au débat d’idées et à l’animation de la vie politique dans notre pays. La jeunesse constitue la frange la plus importante de la population guinéenne, elle est confrontée aux maux les plus cruels : désœuvrement, chômage, abandon moral, perversion, corruption, addition à l’alcool et à la drogue.

Elle est aussi manipulée de part et d’autre. Elle constitue aussi la chair à canon pour ceux qui voient en elle l’outil de revendication de leurs intérêts injustes, car égoïstes et personnels. On se sert d’elle et après l’avoir utilisée, on l’abandonne (…). Dans les instances de décision de nos partis politiques, la jeunesse est encore sous-représentée. Et quand elle essaie, par entrisme, de changer les lignes désuètes de leurs leaders, elle est ostracisée. Dans ces partis-là, le président fondateur ne change pas.

Il est indéboulonnable, nul ne doit entrevoir à lui succéder. Les jeunes doivent-ils porter le fardeau de la faillite de leurs aînés ? Le salut ne viendra pas de cette classe de vieux politiques en mal d’idées. Nous ne pouvions pas nous laisser abattre par les désillusions que nous vivons et trahir les espoirs de la Guinée. Nous avons alors fait le choix le plus courageux. C’est alors que quelque chose de noble est né en nous et nous a conduit à essayer une aventure nouvelle à travers un nouveau mouvement politique », a déclaré le jeune leader politique.

Badra Aliou Cheickna Koné, président du mouvement Nouvelle Génération Politiques, NGP

Malgré sa proximité avec Baidy Aribot, le deuxième vice-gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), le président du mouvement NGP annonce qu’il compte rester au sein du FNDC. Aux côtés des leaders du Front National pour la Défense de la Constitution avec lesquels il a passé quelques semaines en prison en fin 2019, Badra Koné entend pour poursuivre le combat pour l’alternance.

« Notre mouvement politique émet l’intention de devenir membre du FNDC et nous entrevoyons de discuter avec ses responsables des modalités de notre intégration dans cet ensemble de la défense de la cause juste et républicaine. Le FNDC est la seule entité qui se bat pour un idéal juste, celui de la défense de la Constitution du 7 mai 2010, consacrant l’alternance démocratique qui est gage de la stabilité dans notre pays et dans la sous-région. L’alternance, c’est aussi l’aspiration des Guinéens, notre aspiration », a-t-il laissé entendre.

Même si son mouvement vient juste de naître, le 2ème vice-maire de Matam ambitionne de participer à l’élection présidentielle prochaine. Et pour cela, il souhaite obtenir rapidement son agrément. « Notre mouvement politique est un parti dûment constitué. Dans les prochains jours, une demande d’agrément sera soumise au ministère de l’administration du territoire et nous espérons qu’elle sera agréée et qu’aucune entrave ne sera faite à la réussite de nos événements futurs en tant que parti politique. Les lois de la République consacrent le multipartisme, nous espérons que les autorités sauront les appliquer et que nous obtiendrons dans les brefs délais notre agrément afin de participer aux joutes électorales », a dit Badra Koné.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin