Ismaël Condé, Vice-Maire de Matam et membre du RPG

Visiblement, le courant passe très bien actuellement entre Ismaël Condé et Cellou Dalein Diallo. Le premier vice-maire de la commune de Matam, exclu récemment du RPG arc-en-ciel, le parti au pouvoir, et qui a rejoint le principal parti d’opposition du pays, et le président de l’UFDG semblent bien s’apprécier. Une photo des deux hommes, à table au cours d’un déjeuner, a enflammé la toile la semaine dernière. Et, selon Ismaël Condé, qui s’est confié à Guineematin.com, cette photo est une réponse à tous les préjugés présentant Cellou Dalein comme étant un leader d’une seule communauté.

Ismaël Condé et Cellou Dalein Diallo

« Je vais vous faire une confidence : c’est moi qui ai demandé à ce que cette photo soit prise. Cellou Dalein Diallo, à la base, ne le voulait pas. J’ai dit non monsieur le président, il faut savoir aujourd’hui que les gens sont en train d’imaginer toutes sortes de mauvaises choses sur vous, ils pensent que vous êtes quelqu’un qui aime seulement une communauté et qui déteste les autres communautés. Si vous continuez à faire les choses comme l’islam vous le demande, c’est-à-dire donner avec la main droite sans que la main gauche ne sache, ça ne va pas marcher. En politique, aujourd’hui avec la médiatisation, les images parlent mieux que les faits.

Si on ne montre pas au peuple de Guinée que notre relation de collaboration est basée avant tout sur la confiance, les gens vont toujours essayer d’instrumentaliser mon adhésion à l’UFDG. C’est moi qui sais comment je suis accueilli ici, et il faut que je partage au monde entier que vous (Cellou Dalein Diallo) m’avez ouvert votre cœur. Et en m’ouvrant votre cœur, vous ouvrez votre cœur à toute la communauté de laquelle je suis issu, c’est-à-dire la communauté malinké. Si certains pensent aujourd’hui que vous êtes un leader Peulh, c’est faux. Tous les jours, je me rends compte que vous êtes un leader qui appartient et qui doit appartenir à toute la Guinée », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Ismaël Condé, nommé exceptionnellement membre du bureau exécutif de l’UFDG, a répondu aux sceptiques qui prennent l’exemple sur certains cas récents de transhumance politique pour se demander s’il va durer à au sein de la formation politique. Il a laissé entendre que son cas est bien différent de ceux des leaders politiques, qui sont venus à l’opposition pour un moment avant de retourner à la mouvance présidentielle.

« Il faut que les gens arrivent à faire la part des choses : Makanéra, Aboubacar Sylla, Papa Koly Kourouma et Jean Marc Télliano, n’étaient pas des militants de l’UFDG. Il faut que les gens comprennent cela. Ce sont des leaders politiques qui sont venus au moment où le président Cellou Dalein Diallo était le chef de file de l’opposition. Ce ne sont pas des gens qui étaient là comme militants ou responsables du parti. Ils avaient leurs structures, ils sont venus mener leur combat. Et comme ils n’ont pas eu gain de cause, ils sont allés ailleurs. La preuve est qu’aujourd’hui, l’UFDG est constante dans sa lutte. C’est eux qui font des va-et-vient. Moi j’ai quitté un parti qui est le RPG parce que j’ai été exclu », a tranché le vice-maire de Matam.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin