Comme promis, les jeunes regroupés au sein du mouvement « Siguiri d’abord » ont battu le pavé ce mardi, 14 juillet 2020. Ils sont descendus dans les rues de la ville pour dénoncer le régime du président Alpha Condé. On dénombre déjà un blessé et des accrochages entre les manifestants et les forces de l’ordre, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Toutes les négociations menées ces derniers jours par les cadres ressortissants de Siguiri et les notables de la ville n’ont pas permis de dissuader les protestataires. Dans la soirée d’hier, lundi, un jeune se présentant comme étant le porte-parole du mouvement « Siguiri avant tout » est sorti à la radio rurale locale pour annoncer que la manifestation est annulée. Mais, cette sortie a irrité plusieurs jeunes, qui sont aussitôt descendus dans la rue pour protester contre cette déclaration et annoncer le maintien du mouvement de protestation.

Et tôt ce mardi, les manifestants se sont donné rendez-vous au rond-point de la radio rurale, où ils devaient entamer leur manifestation. « Nous sommes là pour réclamer l’eau et l’électricité et pour dire non au troisième mandat. Les jeunes qui ont parlé hier à la radio pour dire que le mouvement est annulé ont reçu de l’argent. Nous, nous sommes là pour manifester. Parce que nous avons compris que Alpha Condé n’aime pas Siguiri », a déclaré Seydou Bayo, l’un des manifestants.

Pendant que les jeunes s’apprêtaient à entamer leur manifestation, les forces de l’ordre sont intervenues pour les disperser. Mais peu de temps après, les manifestants, déterminés à se faire entendre, sont revenus sur les lieux. Ils se sont regroupés en grand nombre au même endroit et ont entamé leur marche pacifique. Ils ont été poursuivis par les forces de l’ordre, à bord de leur pick-up. L’un des véhicules des agents de sécurité a heurté un jeune motard, qui a été grièvement blessé à la tête.

Au moment où nous mettons cet article en ligne, des accrochages commençaient entre les manifestants et les forces de l’ordre qui tentaient de les disperser à nouveau.

Nous y reviendrons !

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin