Libre Opinion : Les usagers de la route Kindia-Mamou subissent un véritable calvaire au niveau de Yombokouré, ces derniers jours, précisément entre les virages « Lakhiraya et Baminaya ». Plusieurs centaines de camions, des remorques, des citernes et des milliers d’autres types de véhicules (voitures, 4×4, minibus) en provenance de l’intérieur du pays pour Conakry (ou inversement) y sont bloqués. Des marchandises de toutes sortes, des personnes (y compris des malades et des femmes enceintes), des enfants, des bébés et des vieilles personnes sont bloquées, sans savoir comment et quand quitter ce bourbier.

La cause de ce calvaire serait la construction de la route par une société chinoise. Et, les autorités n’ont proposé aux usagers de la route aucune stratégie de réaliser les travaux tout en garantissant la libre circulation des personnes et des biens. Aujourd’hui, la question qu’on se pose est de savoir pourquoi lancer les travaux en pleine saison hivernale, tout en ne prenant aucune disposition pour éviter aux citoyens un tel supplice ?

L’on se rappelle du même calvaire quand le pont de Linsan avait cédé il y a quelques années. En ce moment, le département des Travaux publics, dirigé par Moustapha Naïté, avait promis avec tambour et trompettes de bannir ce genre de situations ; mais, hélas !

Le fait qui a choqué plus d’un a été le passage du Ministre Boubacar Barry «BIG UP » qui, comme dans ses habitudes, le chapeau flanqué sur le crâne, les vitres de la voiture descendues, a arpenté Yombokhouré en compagnie d’un pick-up de gendarmes.

On est même à se demander est-ce que nos ministres ont une once de pitié pour la population guinéenne. Sinon, dans certains pays, si un Ministre se présente devant une telle situation, son souci majeur serait comment au moins aider les personnes vulnérables.

Enfin, comme dit un dicton populaire, « le malheur des uns fait le bonheur des autres » ! Ce blocage de la circulation est devenu une opportunité pour des vendeuses de pains, du jus, de l’eau et même du riz (restaurant ambulant), qui permettent également aux passagers d’avoir de quoi mettre sous la dent…

A quand la fin du calvaire ?

Par Ahmadou Poullobowé

Citoyen bloqué à Yombokhoué

Tél. : 622 84 50 60

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin