Amadou Diallo, procureur

Le procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia, accompagné d’une forte délégation, a effectué une tournée d’inspection dans les locaux des services de sécurité dans la journée d’hier, mercredi 22 Juillet 2020. Cette démarche d’Amadou Diallo vise à rencontrer les Officiers de Police Judiciaire (OPJ) pour s’enquérir du fonctionnement des services et du respect de la procédure pénale, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le procureur et sa suite se sont rendu tour-à-tour dans les postes de police et de gendarmerie de Kindia pour constater les réalités sur le terrain et prodiguer des conseils.

Dans son intervention, Amadou Diallo a apporté des précisions sur les raisons de cette inspection. « Il faut rappeler que l’arrivée à la tête de notre département de l’ancien Agent Judiciaire de l’Etat est porteuse d’espoir. Ce nouveau ministre entend donner un souffle nouveau à la justice guinéenne. C’est pourquoi, sitôt installé, à travers une lettre circulaire, il a ordonné un certain nombre de meures. C’est en exécution donc de ces instructions que nous procédons à cette inspection. Le tout, c’est pour s’assurer que les registres sont bien tenus, les délais de garde à vue sont respectés. C’est le mobile de cette inspection. C’est un exercice que nous faisons presque toutes les semaines. Vous savez, lorsque vous danser avec un aveugle, il faut parfois le piétiner pour qu’il sache qu’il n’est pas seul sur la piste de danse. Les Officiers de Police Judiciaire (OPJ) de Kindia, nous les surveillons. Ce n’est pas un manque de confiance… C’est un principe que nous observons scrupuleusement. »

Par ailleurs, le Procureur dit avoir constaté quelques manquements. « Nous avons constaté que les registres pour la plupart sont bien tenus. Par contre nous avons remarqué qu’il y a trois registres qui ne sont ni côtés, ni paraphés. C’est pourquoi nous avons demandé de les déposer au tribunal pour régularisation. Dans la chambre de la sûreté, nous avons vérifié, il y a trois personnes qui sont venues seulement hier mardi. Les auditions ont commencé ».

En outre, Amadou Diallo a précisé les services concernés par cette inspection, deuxième du genre depuis sa venue à la tête du parquet de Kindia. « Toutes les unités de police et de gendarmerie sont concernées. Il vous souviendra que, nouvellement nommés à Kindia, nous avons procédé à une inspection et dans tout le ressort : Télimélé, Forécariah et à Kindia centre. Mais pour ces jours-ci, nous allons procéder à cette inspection au niveau de la gendarmerie territoriale de Kindia, au niveau de la gendarmerie régionale, au niveau de la Brigade de recherche, la gendarmerie de l’habitat de Kindia, au niveau du commissariat central, la direction régionale de police et le commissariat urbain, etc. ».

Pour ce qui est des recommandations, le procureur de Kindia a insisté sur le respect des droits des citoyens interpellés. « Ce que je recommande, c’est de redoubler de vigilance car l’objectif est loin d’être atteint. Il faut respecter les délais de garde à vue, les droits humains. C’est extrêmement important. Nous ne sommes plus à l’ère de la torture. Donc, c’est un exercice quotidien. Il faut à tout moment rappeler ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas. Je suis très fier de la compagnie de la gendarmerie territoriale de Kindia parce qu’aussitôt qu’elle est informée d’une situation, avant même de procéder à l’interpellation des suspects, le procureur est informé immédiatement et les agents attendent les instructions avant d’agir. Et dès qu’ils finissent les auditions, ils font la synthèse, ils clôturent, puis ils transmettent et défèrent les suspects ».

Pour sa part, le Capitaine Aboubacar Sidiki Keita, chef section de la police judiciaire au commissariat central de police de Kindia, a salué l’initiative du procureur qui vise à améliorer le fonctionnement des services. « Nous avons reçu Mr le procureur et son équipe à bras ouvert. Vous n’êtes sans savoir que Mr Amadou Diallo fait des visites à notre structure, c’est-à-dire des inspections programmées tantôt inopinées. Et ces inspections qu’il arrive à faire au sein de notre unité nous aident à améliorer nos performances vis-à-vis des Droits de l’Homme, c’est-à-dire le respect scrupuleux des Droits de l’Homme et le respect de la garde à vue. A part ça, il y a de bonnes collaborations par rapport au respect des normes de la procédure judiciaire parce que c’est ce qui nous lie. Nous défendons les Droits de l’Homme. Avant de placer par exemple quelqu’un à la garde à vue, vue les dispositions de l’article 85 du code de procédure pénale, nous faisons comprendre au suspect qu’il est en droit d’aviser ses parents, de se faire assister par un médecin, de se trouver un avocat. A l’issue de cela, il formule son choix et on agit. Et nous respectons scrupuleusement le délai de garde à vue… ».

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 51 67 96

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin