Suite à des mouvements de protestation de certains citoyens de la commune rurale de Dabis, accusant leur Maire de détournement d’une partie des huit (8) milliards du fonds de développement économique local (FODEL), le concerné, Abdoul Ghoudoussy Manet, a réuni ses conseillers, les présidents des districts et plusieurs personnes ressources pour éclairer la destination des montants qui font l’objet de bruits. Les débats ont duré trois (3) jours au village communautaire de Boké.

Après les justifications du Maire, il s’est avéré que des fonds n’ont pas été détournés ; mais, ils ont plutôt été utilisés dans la construction d’un grand pont dans le secteur de Bourounda, district de Silikonko. Ce qui a coûté plusieurs millions de francs guinéens.

Abdoul Ghoudoussy Manet, maire de la commune rurale de Dabis

« C’est un manque de communication qui a provoqué tout ce bruit. Sinon, l’argent n’a pas été détourné ; mais, il a été déplacé pour d’autres projets. Je suis venu à Dabis avec plusieurs projets ; et, le pont de Bourounda que j’ai réalisé était sollicité il y a plusieurs années. J’ai jugé donc nécessaire de faire ce pont qui se trouve sur la route nationale Boké – Guinée-Bissau, et qui fait la fierté de Dabis », a expliqué le maire, Ghoudoussy Manet, lors d’une interview qu’il a accordé à Guineematin.com hier, vendredi 24 juillet 2020.

Concernant les montants destinés aux projets des jeunes et des femmes, le maire a promis de satisfaire tout le monde, dans les jours à venir.

Abdoulaye Kalissa, porte-parole de la jeunesse de Dabis

Pour sa part, le porte-parole de la jeunesse de Dabis, Abdoulaye Kalissa, a, devant ses pairs, expliqué que le problème qui les opposait au maire Ghoudoussy est désormais résolu. « C’était un manque d’information de la part des conseillers et de la population. Et, vous savez que partout où l’information manque, c’est la confusion qui y régnera. Mais, à l’issue de ces trois décharges, tout le monde a compris que le maire n’a pas détourné l’argent. Maintenant que nous avons compris, il n’y aura plus ce genre de confusion chez nous. Nous faisons désormais face au développement de notre commune », a indiqué le porte-parole de la jeunesse de Dabis.

Enfin, il importe de préciser que les 28 motos (achetées par la mairie et données à certains conseillers et membres du comité de suivi) ont été toutes garées dans les locaux de la commune.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin