Aux États-Unis, l’assistance chômage, les protections contre les expulsions et d’autres secours pour des millions d’Américains sont en jeu, alors que les responsables de la Maison Blanche ont convenu hier, lundi 27 Juillet 2020, de lancer des négociations avec la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, sur un nouveau programme d’aide qui vacille au Congrès. Alors que les républicains du Sénat ont du mal à dérouler leur propre proposition de un billion de dollars (USD), Pelosi a imploré la Maison Blanche et les législateurs du Grand Old Party “GOP” d’arrêter les luttes intestines et de venir à la table des négociations avec les démocrates. L’aide s’épuisera le vendredi prochain, 31 Juillet 2020, pour une allocation de chômage hebdomadaire de 600 dollars (USD) que les démocrates appellent une bouée de sauvetage pour les Américains au chômage. Les républicains veulent la réduire à 200 dollars par semaine, affirmant que la hausse fédérale est trop généreuse par rapport aux avantages de l’État et décourage les employés de retourner au travail. « Le temps presse », a déclaré Pelosi.

Avec l’augmentation du nombre de décès dus au virus et avec plus de 4,2 millions d’infections dans tout le pays, les deux parties sont impatientes de conclure un accord. Mais, il est largement admis qu’il faut plus d’argent pour le dépistage du virus, pour aider les écoles à se préparer à ouvrir à l’automne et pour soutenir les petites entreprises. Les électeurs évaluent leur gestion de la crise du virus avant les élections de novembre, et la position du président Donald Trump est à l’un des points les plus bas de son mandat, selon un nouveau sondage AP-NORC.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le chef de cabinet de la Maison Blanche, Mark Meadows, ont travaillé tout au long du week-end sur la proposition du GOP et ont convenu de rencontrer Pelosi et le chef du Sénat démocrate Chuck Schumer au bureau de l’orateur lundi soir pour des entretiens.

Les républicains viennent à la table des négociations entravés par des luttes intestines et des retards. Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré qu’il voulait mettre en pause les nouvelles dépenses après que le Congrès ait approuvé un vaste programme de secours de 2,2 billions de dollars (USD) en mars. Mais Pelosi, avait adopté une approche opposée, passant rapidement un effort de 3 billions de dollars avec un solide soutien démocrate. Et, dans les mois qui ont suivi, la crise s’est aggravée.

McConnell, accompagné des meilleurs présidents du GOP lundi au Capitole, a dévoilé sa proposition tant attendue. Il fournit quelque 105 milliards de dollars (USD) pour aider les écoles et les collèges à rouvrir, de nouveaux fonds pour les tests de virus et les avantages commerciaux, y compris une nouvelle série de prêts dans le cadre du programme de protection des chèques de paie, des allègements fiscaux et une protection contre la responsabilité civile contre les poursuites liées au COVID-19.

La proposition républicaine fournirait également une autre série de paiements directs de 1 200 dollars (USD) sur la base de la même formule que celle du projet de loi d’aide antérieur. Les gens qui gagnent 75 000 dollars ou moins recevraient le plein montant et ceux qui gagneraient plus de 75 000 dollars recevraient moins, selon leur revenu. Les personnes gagnant plus de 100 000 dollars ne seraient pas non plus admissibles au paiement.

« Les républicains du Sénat ont offert un autre cadre audacieux pour aider notre nation », a déclaré McConnell en ouvrant le Sénat.

Mais les conservateurs républicains ont rapidement rompu les rangs sur le plan de McConnell, arguant que les dépenses étaient trop élevées et que les priorités étaient mal placées. La moitié des sénateurs républicains pourraient voter contre le projet de loi, ont averti certains, et leur opposition laisse McConnell entamer des négociations avec Pelosi sans toute la force de la majorité du Sénat derrière lui.

« L’objectif de cette législation est faux », a déclaré le sénateur républicain du Texas, Ted Cruz, l’un des opposants les plus virulents au projet de loi, aux journalistes au Capitole. « Notre priorité, notre objectif devrait être de redémarrer l’économie. »

Alors que les discussions bipartites se déroulent, la Maison Blanche suggère maintenant qu’un plan de secours plus restreint pourrait être tout ce qui est possible à l’approche de la date limite du vendredi 31 Juillet.
Mnuchin et Meadows, lors d’apparitions dimanche, ont cité les allocations de chômage, l’argent pour aider les écoles à rouvrir, les crédits d’impôt pour empêcher les gens de perdre leur emploi et la protection des poursuites pour les écoles et les entreprises comme priorités pour un soulagement rapide.

« Nous pouvons agir très rapidement avec les démocrates sur ces questions », a déclaré Mnuchin.

Pelosi a refusé de s’attaquer à un programme de secours au coup par coup, arguant qu’une aide plus large est nécessaire pour les Américains. Elle a critiqué le désir de l’administration Trump de réduire l’aide hebdomadaire au chômage de 600 dollars (USD) pour ne garantir pas plus de 70% des salaires prépandémiques.

« Les enfants ont faim, les familles ne peuvent pas payer le loyer, l’aide au chômage expire et les républicains veulent à nouveau faire une pause et aller au coup par coup », a déclaré Pelosi. « Nous sommes prêts à négocier depuis plus de deux mois », a-t-elle déclaré. Elle les a exhortés à venir à son bureau « et faire le travail ». La hausse des allocations chômage hebdomadaires de 600 dollars, qui a été approuvée dans le cadre du programme d’aide de mars, expire officiellement le 31 juillet, mais en raison de la façon dont les États traitent les paiements de chômage, la coupure était effectivement samedi. En vertu de la proposition du GOP, l’augmentation du chômage serait réduite à 200 dollars par semaine pendant deux mois et éliminée progressivement vers un nouveau système qui ne garantit pas plus de 70% de la rémunération précédente d’un employé. Les États pourraient demander deux mois supplémentaires, si nécessaire, pour effectuer la transition.

Les démocrates ont évoqué une évaluation de l’économiste Mark Zandi, qui l’a qualifiée de « mauvais choix politique ». Zandi a déclaré que si la proposition du GOP devenait loi, près d’un million d’emplois seraient perdus d’ici la fin de l’année et le taux de chômage, maintenant supérieur à 11%, augmenterait de plus d’un demi-point de pourcentage. Les économistes voient largement des signes de problèmes dans l’économie, qui a montré une hausse au printemps alors que certains États ont assoupli les ordres de maintien au foyer et que les entreprises ont rouvert, mais il fait maintenant face à de nouvelles turbulences avec une crise virale prolongée alors que les États répriment à nouveau. Le Vendredi prochain, 31 Juillet 2020, marque également la fin d’un moratoire fédéral sur les expulsions sur des millions de logements locatifs que la Maison Blanche a déclaré vouloir prolonger d’une manière ou d’une autre. En même temps, les observateurs du budget se méfient de la dette croissante alors que Washington accumule des sommes sans précédent pour tenter de contenir la pandémie et les retombées économiques. La question qui se pose dans la tête de tous les américains aujourd’hui est celle de savoir si les deux partis (républicains et démocrates) vont s’entendre avant la fin de semaine pour sauver l’allocation au chômage.

A suivre !

De New York, Mamadou Diouma Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 1 646-591-2659

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin