Abdoul Gadiri Diallo, président de l’Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH)

Comme annoncé précédemment, les acteurs politiques et sociaux membres du FNDC se sont réunis ce mercredi, 29 juillet 2020, à Conakry, pour affûter leurs armes en prélude à la prochaine manifestation visant à exiger le départ du président Alpha Condé. Présent à cette rencontre, Abdoul Gadiri Diallo, le président de l’Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH), a invité les Guinéens à s’armer de courage pour défendre les principes républicains chèrement acquis. Ce qui nécessite, selon lui, une grande mobilisation le 6 août prochain pour contraindre le chef de l’Etat guinéen à quitter le pouvoir.

« Je voudrais commencer par vous dire que la raison d’être d’une organisation de défense des droits de l’Homme, c’est le combat pour la promotion, la protection et la défense des droits de l’Homme. Par ricochet, le respect de ces principes fondamentaux passe par le respect des principes républicains, passe par le respect des principes régissant un Etat de droit. Dans ces conditions, toute action visant à remettre en question les principes républicains qui régissent notre nation, à travers un changement de constitution fantaisiste, à travers les répressions brutales qui coûtent la vie à des citoyens qui n’ont pour crime que d’avoir voulu manifester pacifiquement, les arrestations arbitraires et tout ce qui constitue des facteurs de blocage des principes régissant un Etat de droit, nous interpelle.

Le changement de constitution pour donner l’occasion de remettre en cause l’alternance démocratique, n’est qu’une violation des principes républicains ; et conséquemment, nous avons une position claire, c’est celle de refuser toute action visant à remettre en cause les principes républicains. Le président actuel qui ne devrait avoir que deux mandats, et qui, par les manœuvres, des jeux de changement de constitution, veut s’octroyer un troisième mandat, ce comportement qu’il adopte nous amène à nous poser la question de savoir, quel est l’utilité de ce combat qu’on a mené jusqu’à date pour que l’Etat guinéen soit un Etat républicain, un Etat de droit.

En conséquence, nous nous élevons systématiquement contre toute tentative de remise en cause du principe de l’alternance démocratique. Et nous appelons toutes les forces vives de la Guinée, aussi bien au niveau des forces de défense et de sécurité que toutes les autres couches de la société guinéenne, de comprendre que le combat pour la construction d’un Etat de droit, interpelle chacun là où il est. Et à ce titre, nous lançons un appel solennel à tous les Guinéens qui, dans leur for intérieur, sont favorables à la construction d’un Etat de droit, de se joindre à ceux qui se battent dans le cadre du maintien des principes républicains sur lesquels nous avons tous juré, sur lesquels nous nous sommes tous accordés », a lancé ce défenseur des droits humains.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin