C’est dans l’enceinte de la cour de la maison des jeunes que la fête de Tabaski a été célébrée ce vendredi, 31 juillet 2020, dans la commune urbaine de Faranah. L’essentiel du sermon a tourné autour de la pandémie du coronavirus et des soubresauts sociopolitiques que connait la Guinée. La cérémonie a connu la présence de très nombreux fidèles musulmans, des autorités administratives et des élus locaux, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Elhadj Aboubacar Touré, grand imam de Faranah

Dans son sermon, Elhadj Aboubacar Touré, grand imam de Faranah, a appelé les Guinéens à la paix et à l’acceptation du prochain. « Nous remercions Dieu qui nous a permis de vivre ce jour. Aujourd’hui, notre pays traverse des problèmes majeurs. Il s’agit des problèmes politiques qui opposent actuellement les fils et filles d’une même nation. À ceci s’ajoute le coronavirus, qui a fait des victimes et qui fait plonger le pays dans un marasme économique. Nous demandons aux guinéens de prôner la paix et l’unité. La guerre ne connait ni Malinké, ni Peul, ni Soussou, ni Guerzé ou Kissi. Acceptons-nous dans la différence. Nous prions Dieu pour la paix et la quiétude dans notre pays. Nous demandons à Dieu de répandre de nouveau sa grâce sur la Guinée pour éradiquer la maladie coronavirus », a dit Elhadj Touré.

Mohamed Ismaël Traoré, gouverneur de Faranah

Mohamed Ismaël Traoré, gouverneur de la région administrative de Faranah, a salué le respect des gestes barrières et invité à redoubler de vigilance pour contrer le coronavirus. « J’ai des sentiments de réelle satisfaction, de joie parce que nous venons de fêter dans la ferveur, dans l’allégresse tout en respectant les mesures barrières comme le gouvernement l’a instruit… Je remercie la population de Faranah pour avoir continué à observer les mesures barrières. Mais, il faut beaucoup de vigilance parce qu’il y a un délaissement qu’on constate et ça c’est parce que les gens pensent que la maladie commence à s’éloigner pendant que la maladie tourne entre nous. Donc, il faut toujours observer les mesures barrières, continuer à porter les bavettes et à laver les mains. Faranah peut s’enorgueillir, il y a la paix ici, il y a la cohésion sociale ici. Donc, l’équilibre social n’est pas en danger », s’est réjoui le gouverneur.

Oumar Camara, maire de la commune Urbaine de Faranah

De son côté, Oumar Camara, le maire de la commune urbaine de Faranah, s’est dit satisfait de citoyens de Faranah qui ont toujours fait preuve de discipline dans le respect des mesures d’hygiène sanitaire édictées contre le Coronavirus. « Les gens se retrouvent pour prier en groupe, je crois que ça c’est une joie immense. Aujourd’hui, nous remercions le Tout puissant parce que depuis que cette pandémie est en Guinée, on parvient quand même à gérer les choses à Faranah. Les gens respectent les mesures barrières pour bouter cette pandémie hors de la Guinée ».

À noter que le port des bavettes était obligatoire dans les lieux de prière de la commune urbaine.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224 620 24 15 13/662 06 88 74

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin