L’humanité a célébré hier, vendredi 31 juillet 2020, la fête de l’Aïd El Kébir. Mais, cette journée de réjouissance s’est transformée en cauchemar pour certains et en drame pour d’autres. Dans la commune urbaine de Kankan, le service des urgences de l’hôpital régional, a enregistré un dépôt de corps et douze blessés, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Kankan.

Pour le cas spécifique de la commune urbaine de Kankan, ce n’est pas une grande surprise. Chaque année, à l’occasion des grandes fêtes, des cas d’accidents de circulation sont enregistré. Cette année n’a pas échappé à cette règle.

Selon Dr Ansoumane Fofana, médecin au service des urgences chirurgicales de l’hôpital régional de Kankan, douze blessés et un cas de mort ont été enregistrés. « Hier, la journée a été moins agitée par rapport aux autres jours de fêtes. Nous avons enregistrés 12 accidentés ; mais, des cas légers. Mais, la fausse note qu’on peut retenir, c’est qu’il y a eu un dépôt de corps. Il s’agit de Mamadi Condé, électricien de profession, âgé de 35 ans, domicilié à Dabadou. Il avait fait un accident qui lui a causé des traumatismes crâniens avec une perte de connaissance », a-t-il expliqué.

En cette période é fête, le médecin urgentiste a tenu à prodiguer des conseils aux citoyens de Kankan. « Le message que je peux lancer aux citoyens de Kankan, c’est une fête, c’est pour juste un jour. Donc, il ne faut pas risquer sa vie pour un événement pareil. La plus part, c’est des jeunes dont la tranche d’âge varie de 15 à 35 ans. Il faut aussi insister sur le port des casques. Celui qui est décédé là, s’il avait un casque, il pouvait s’en sortir », a fait remarquer Dr. Ansoumane Fofana.

La ville de Kankan est en pleine explosion démographique. Après Conakry et Siguiri, c’est l’une des localités les plus peuplées du pays. En période de grande fête, la circulation routière devient danse. Avec l’absence de policiers et de panneaux de signalisation pour régler la circulation, des cas d’accident sont le plus souvent enregistrés.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin