A l’image de leurs collègues des autres villes du pays, les candidats aux examens de sortie dans les écoles professionnelles de Mamou ont entamé leurs épreuves ce lundi, 03 août 2020. Le lancement officiel de ces évaluations nationales a mobilisé les autorités administratives, communales et éducatives au centre de formation professionnel (CFP) de Mamou, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville carrefour.

Mamadou Bella Baldé, secrétaire chargé des collectivités décentralisés de la préfecture de Mamou

Avant le lancement de la première épreuve (Français) par le directeur de cabinet du gouvernorat, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de la préfecture de Mamou s’est adressé aux candidats. Mamadou Bella Baldé leur a prodigué des conseils pour le bon déroulement de cet examen. « Je demande aux candidats d’être sereins et de considérer cet examen comme une simple évaluation. Vous êtes les futurs cadres de ce pays, travaillez honnêtement sans tricher. Lisez plusieurs fois les sujets avant de commencer à traiter au propre. Et n’oubliez pas de respecter les mesures barrières », a-t-il lancé.

Mamadou Barry, inspecteur régional de l’enseignement techniques et la formation professionnelle de la région de Mamou

De son côté, l’inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle de Mamou a appelé les encadreurs à la rigueur pour permettre seulement aux méritants de passer. « Lors de nos différentes réunions avec mes cadres, je dis toujours qu’on a besoin de former des jeunes capables de satisfaire un besoin, de faire un examen crédible aux yeux de tous et que nous pouvons former des jeunes qui ne soient pas des étudiants diplômés qui conduisent des taxis motos. Mais, si tu fais le laxisme et tu montres les sujets et tu laisses les candidats copier, à la longue, ce sont des jeunes comme ça qui décrédibilisent le système. Dans tous les pays du monde, c’est la professionnelle qui offre d’emplois. Les jeunes qui quittent ici pour aller à l’extérieur, on leur demande s’ils ont un métier. Tous ceux qui ont des métiers ont des facilités, que ça soit ici ou ailleurs », a laissé entendre Mamadou Barry.

A noter qu’ils sont 295 candidats dont 144 filles à affronter ces épreuves dans la région de Mamou. Ils sont issus des filières maçonnerie, électricité, menuiserie, eaux et forêts, environnement, mécanique automobile, agents techniques de santé, sages-femmes, infirmiers d’Etat, et sont répartis dans 5 centres d’examen.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel: 625698919/657343939

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin