Les faillites dues à la COVID-19 suscitent l’inquiétude des travailleurs et des acheteurs des superstores et magasins de luxes. Le coût de la COVID-19 aux États-Unis est supérieur à ce que certaines entreprises du pays peuvent supporter. Cette année, de nombreux détaillants de marque, magasins locaux et restaurants ont déclaré faillite ou ont fermé leurs portes. Les acheteurs partagent le chagrin, alors que les magasins légendaires ressentent les effets de la pandémie. Les faillites dues au coronavirus incluent J. Crew, Neiman Marcus et Pier One.

De nombreux restaurants locaux bien fréquentés ont également fermé leurs portes. À Houston, des endroits incontournables tels que Barry’s Pizza et Bernie’s Burger Bus ne pouvaient pas rester ouverts. « Je sais que de nombreuses entreprises ont des difficultés. Les grandes entreprises et les magasins, vous savez, ils dépendent des clients qui s’y rendent tous les jours ; et, la majorité des gens ont presque peur de quitter la maison », a déclaré Logan Dougherty, un acheteur. Le tribunal des faillites du district sud du Texas a déclaré que les dossiers de faillite des entreprises étaient en hausse ces derniers temps. Selon le tribunal, Houston est l’un des tribunaux de faillite du chapitre 11 les plus fréquentés du pays.

Alors que de plus en plus d’entreprises ferment ou déposent leur bilan, les gens se demandent ce que l’avenir leur réserve. Le plombier, un client acheteur se demande : « Une fois que le coronavirus sera passé, que va-t-il se passer ? ». Des superstores et magasins de luxe tels que Lord & Taylor, propriétaire de Men’s Wearhouse, ont déclaré faillite. Lord & Taylor, l’un des plus anciens grands magasins d’Amérique, a déjà déposé son bilan, rejoignant ainsi une liste croissante de magasins frappés par la pandémie du coronavirus. Tailored Brands, la société mère de Men’s Wearhouse et de Jos. A. Banks, a également déposé son bilan. De nombreuses entreprises qui ont déposé une demande de chapitre 11 au cours des dernières semaines avaient déjà des difficultés ; mais, la fermeture forcée de magasins non essentiels en mars les aurait poussé au bord du gouffre. Lord & Taylor, qui a été vendu à la société française de location de vêtements Le Tote Inc. l’année dernière, a déposé le dimanche dernier une demande de mise en faillite devant la Cour orientale de Virginie.

Dans une annonce sur son site Web, la société, l’un des plus anciens grands magasins américains, a déclaré qu’elle cherchait un nouveau propriétaire. Comme de nombreux détaillants, Lord & Taylor avait déjà du mal à passer aux achats en ligne, avant même le début de la pandémie. L’année dernière, il a vendu son bâtiment phare sur la Cinquième Avenue à New York après plus d’un siècle dans ce bâtiment de 11 étages.

L’entreprise a été fondée en tant que magasin de produits finis en 1826. Il existe plusieurs dizaines de magasins Lord & Taylor à travers les États-Unis. Tailored Brands, qui a déposé le chapitre 11 dimanche dans le district sud du Texas, a déclaré qu’il continuerait d’exploiter les magasins Men’s Wearhouse et Jos. A. Banks, ainsi que K&G Fashion Superstore et Moores Clothing for Men, qu’il possède également. Il a déclaré dans un communiqué qu’un plan de restructuration devrait réduire la dette financée par l’entreprise d’au moins 630 millions de dollars (USD) et offrir une flexibilité financière accrue. Alors que de nombreuses personnes sont passées au travail à domicile, les marques qui vendent des vêtements destinés aux employés de bureaux ont connu une période particulièrement difficile. Brooks Brothers et la société mère d’Ann Taylor font partie de ceux qui ont également déposé leur bilan. En date du 23 juillet, environ 40 détaillants, y compris de grandes et petites entreprises, avaient déposé le bilan du chapitre 11 jusqu’à présent cette année. Cela dépasse le nombre de faillites de détaillants pour toute l’année dernière. Environ deux douzaines d’entre eux ont demandé la protection de la faillite depuis le début de la pandémie. D’autres incluent J. Crew, J.C. Penney, Neiman Marcus, Stage Stores et Ascena Retail Group, qui possède Lane Bryant en plus d’Ann Taylor.

Au fait, les entreprises suivantes ont annoncé la faillite pendant la pandémie de coronavirus : Ann Taylor Brooks Brothers – Chuck E. Cheese (CEC Entertainment) – Cirque du soleil – CMX Cinémas – GNC– Gold’s Gym – Hertz -JCPenney – J Crew – Lucky Brand – Lord et Taylor – Neiman Marcus – Pier 1 Imports – Stage Stores (Parent company of Bealls, Goody’s, Palais Royal, Peebles and Gordman’s) – Sur La Table – Sweet Tomatoes/Souplantation – True Religion – Apparel – Tuesday Morning et 24 Hour Fitness.

Alors, si vous étiez des fans clients de ces super stores ou magasins de luxes, ils risquent de vous manquer pour toujours après la pandémie du coronavirus (COVID-19).

De New York, Mamadou Diouma Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 1 646-591-2659

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin