Comme annoncé précédemment, le procès d’Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, responsable des antennes et des actions du FNDC, s’est ouvert ce jeudi, 06 août 2020, au tribunal de première instance de Dixinn. Il est poursuivi pour « menaces notamment de violence ou de mort par la mise à la mise à la disposition d’autrui, d’informations de nature à troubler la sécurité publique ; communication et divulgation de fausses informations ».

A la barre, l’activiste de la société civile a rejeté en bloc les faits mis à sa charge, a constaté un reporter de Guineematin.com qui est sur place. Selon lui, son arrestation et son incarcération sont dues tout simplement à son opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Il a révélé d’ailleurs que le chef de l’Etat guinéen a envoyé plusieurs chez lui pour tenter de convaincre à rallier son camp.

« C’est le vendredi, 17 avril 2020, que des policiers encagoulés sont venus chez moi, à bord de pick-up. Ils m’ont enlevé pour m’envoyer dans la villa 44 (à la cité des nations) sise à Kaloum. Après, ils m’ont envoyé à la sûreté où j’ai passé 3 nuits. De là, ils m’ont envoyé à la direction centrale de la police judiciaire (DPJ) où j’ai passé 5 jours avant de me déposer à la maison centrale. Une fois à la DPJ, je leur ai fait savoir que je n’accepterai pas de parler à l’absence de mon avocat…

Mais je vais vous dire, je suis en prison parce que je me suis opposé au projet de 3ème mandat pour Alpha Condé. Alpha Condé a envoyé des émissaires : des ministres, des commerçants chez moi pour tenter de me faire basculer dans son camp, j’ai refusé », a-t-il déclaré, précisant qu’il ne reconnait pas les faits pour lesquels il est poursuivi.

Après ces déclarations du prévenu, le procureur a pris la parole pour revenir sur des propos que Foniké Menguè aurait tenus et pour lesquels il est poursuivi. « Ce n’est pas une élection qui s’est tenue le 22 mars 2020. C’est une mascarade. Vous remarquerez que les militaires sont en train de tirer sur la population. Et les évènements du côté de N’Zérékoré sont très tendus », a cité Sidy Souleymane N’Diaye, qui a annoncé l’existence d’un CD placé sous scellé et qui contient les propos incriminés.

Une annonce qui a provoqué la colère du collège d’avocats de la défense, qui dit n’être pas informé de l’existence d’un tel CD. « En aucun moment, le juge d’instruction nous a notifié la présence de ce CD. Donc, on vous demande de l’écarter », a réagi l’un des avocats du prévenu. Les débats se poursuivent et nous y reviendrons.

Du TPI de Dixinn, Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin