Comme annoncé précédemment, la convention nationale du RPG Arc-en-ciel, qui s’est achevée ce jeudi, 06 août 2020, au palais du peuple de Conakry, a entériné la décision désignant le président Alpha Condé comme le candidat du parti au pouvoir à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. Présent à la rencontre, le chef de l’Etat guinéen a dit prendre acte de cette décision, mais il n’a pas donné tout de suite sa réponse. Il a préféré maintenir encore le suspense, même si ses intentions de briguer un troisième mandat ne sont pas cachées depuis plusieurs mois.

« Aujourd’hui, vous avez tous parlé : les alliés, le parti et autres, je prends acte. Je vous ai entendus, je prends acte. Bien sûr, nous avons un bon bilan. En 10 ans, malgré Ebola et les mouvements de rue, nous avons travaillé. Mais, la jeunesse a soif de connaissance, a soif d’émancipation. On ne doit pas seulement nous battre pour trouver de l’emploi pour les jeunes, nous devons nous battre pour créer des jeunes entrepreneurs, des gens qui seront leur propre patron », a réagi le président de la République.

Alpha Condé promet de répondre prochainement à son parti, mais pose des conditions pour accepter cette décision de son parti. Parmi ces conditions, figure le soutien aux militants qui sont battus pour l’avènement du RPG au pouvoir et qui ne peuvent pas être nommés à des postes de responsabilités puisqu’ils ne sont pas instruits. Il a demandé aux cadres du parti de « jouer pleinement leur rôle » pour faire en sorte que toutes ces personnes ou leurs familles sortent de la misère.

« Qui a fait le RPG ? Comment le RPG a pu gagner ? Ceux qui ont fait gagner le RPG ne savent pas dire RPG, ils disent RPC. Malheureusement, très souvent, nous les oublions. Car, quand ils disent RPC, ça veut dire qu’ils ne sont pas des cadres, ils ne peuvent pas avoir des promotions. Mais, sans eux, je ne serais pas à cette place où je suis. Donc, la motion la plus importante, est cette commission mise en place (pour recenser les militants des premières heures du RPG qui ont besoin de soutien), qui sera dirigée par Saloum. Pourquoi Saloum ? Parce qu’il fait partie des militants de la clandestinité, donc qui est supposé connaître la plupart des militants.

Qu’est-ce qui est plus choquant que quelqu’un qui s’est battu pendant des années pour ce parti et que celui-ci se retrouve misérable aujourd’hui ? La force du RPG pendant les années de combat, c’est la solidarité, les affaires sociales. Il faut que le RPG revienne à cette tradition qui a fait sa force. Souvent, on m’interpelle, parce que je ne peux pas être partout, en disant que tel militant âgé, on va le vider de sa maison parce qu’il n’a pas payé. Pourquoi ? Parce que les forces intermédiaires qui doivent être entre moi et le peuple ne jouent pas leur rôle.

Je ne suis pas le bon Dieu, donc je ne peux pas savoir si tel ancien militant à Yomou, à Kouroussa ou à Lélouma à des problèmes. Je ne peux le savoir que si les cadres intermédiaires qui doivent jouer l’interface entre les militants et moi jouent leur rôle en m’informant. Malheureusement, ce n’est souvent pas le cas. La direction d’un Etat est ingrate. Pourquoi ? Parce qu’on ne peut pas nommer des gens à des postes s’ils n’ont pas fait ces études. Malheureusement, il se trouve que 80% de ceux qui se sont battus pour le RPG, sont des RPC.

Mais, ceux qui occupent des fonctions ministérielles et autres, de préfets ou gouverneurs, oublient souvent que s’ils sont à ces postes, c’est grâce à ces gens. Donc, il faut que le RPG revienne à ce qui a fait sa force, c’est-à-dire la solidarité. C’est bien de rentre hommage aux anciens militants ; mais, les aider à mieux terminer leur vie est encore mieux. C’est pourquoi cette commission aura des démembrements dans toutes les préfectures, afin que nous connaissions réellement la situation et que nous puissions aider ceux qui se sont sacrifiés pour ce parti, s’ils sont encore vivants, ou leurs familles.

Très souvent, je disais aux responsables du parti lorsque nous étions à Hamdallaye, même si vous n’avez pas d’argent à offrir aux militants, allez leur rendre visite. Alors, nous allons faire en sorte que le RPG retrouve ce qui a été sa force. Jamais le RPG n’a été aussi fort que lorsque j’étais en prison. Donc, le moment est venu pour nous, de nous pencher sur le cas de ces personnes ; le moment est venu de faire en sorte qu’ils soient fiers. Et, cette position du RPG, nous souhaitons que ça soit la position de tous les partis alliés et autres. C’est pourquoi je dois rendre aussi hommage aux mouvements de soutien.

Donc, nous devons aller remercier nos militants. Pas seulement parce qu’ils ont voté lors du dernier référendum, mais pour le combat qu’ils ont mené. Mais je dis aussi, il faut que nous ayons un esprit de coopération et de solidarité. Tous les gens qui ont été membres du parti il y a 2 ans ou 10 ans sont les mêmes. C’est pourquoi j’ai été choqué d’entendre Damaro (président de l’Assemblée nationale) lorsqu’il était à Kérouané, dire qu’il y a original et copie. Non ! Il n’y a pas original et copie, il y a simplement le RPG », a tranché le président Condé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin