image d’archive

Le vol de motocyclettes est devenu récurrent dans la capitale guinéenne. C’est justement dans le cadre de la répression de ce type de délits que Morlaye Bangoura a comparu au tribunal correctionnel de Mafanco, le mardi dernier, 04 août 2020. Âgé de 27 ans, le jeune homme est accusé d’avoir volé 3 motos au quartier Simbaya 1, dans la commune de Matoto, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Appelé à la barre, Morlaye Bangoura a nié les faits de vol et de recel pour lesquels il est jugé. « Un jour, j’étais à un lieu où on joue aux jeux de hasard, qu’on appelle Kanda. Un gars du nom de Cool B est venu me trouver là-bas et m’a proposé une moto à vendre. Je lui ai demandé s’il avait les pièces de la moto. Il m’a répondu par la négative. On a discuté du prix de la moto. Je l’ai achetée à 2 millions de francs guinéens. Après ça, je l’ai donnée à un petit qui l’a envoyée au lavage. C’est là-bas qu’on a trouvé le petit et la moto. On lui a dit que la moto appartient à quelqu’un d’autre, que c’est une moto volée. Après, le petit m’a appelé pour dire qu’on l’a arrêté avec la moto. C’est ainsi qu’on m’a recherché pour m’arrêter. C’est pourquoi je suis devant vous ici aujourd’hui. Moi, je n’ai pas volé. Je reconnais quand-même avoir acheté une moto. Mais je ne l’ai pas volée », a expliqué Morlaye Bangoura.

A son tour, Lamine Cissé, le propriétaire de la moto volée, dit que le prévenu est bien son voleur. « Dans la nuit du 11 juin 2020, 2 motos ont été volées chez nous. Avant ça, une autre avait été également volée. Une semaine après, une de ces deux motos a été retrouvée dans un lieu de lavage avec un jeune garçon. Interrogé, le garçon a dit que c’est un de ses grands frères, du nom de Morlaye Bangoura, qui la lui a donnée pour la faire laver. Quand Morlaye Bangoura a appris la nouvelle par rapport à la moto, il s’est caché. Difficilement on l’a retrouvé et c’était à 23 h. Nous, c’est lui qu’on connait comme le voleur de nos 3 motos. Je demande le paiement des 2 autres motos. Actuellement, une moto coûte 8 millions 500 mille francs guinéens. Je les ai achetées toutes cette année 2020, il y a à peu près 6 mois comme ça », a fait savoir Lamine Cissé.

Dans ses réquisitions, la procureure Joséphine Loly Tinkiano va demander au tribunal de retenir Morlaye Bangoura dans les liens de la culpabilité. « Monsieur Morlaye Bangoura est poursuivi pour des faits de vol et recel. Par devant votre tribunal et par devant le procureur, l’accusé a nié les faits qui lui sont reprochés. Mais dans ce dossier, les faits qui sont mis à la charge de monsieur Morlaye Bangoura sont bien établis. Dans ses explications, il a reconnu avoir acheté une des motos mises en cause sans papiers. Les faits dont il est accusé sont prévus et punis par les articles 373 et 485 du code pénal. Selon les éléments qu’on a dans ce dossier, les faits sont bien établis, notamment en ce qui concerne la moto retrouvée avec lui. Le parquet requiert qu’il vous plaise d’ordonner la relaxe monsieur Morlaye Bangoura, concernant 2 des 3 motos volées et de le retenir dans les liens de la culpabilité des faits qui lui sont reprochés en ce concerne la moto retrouvée avec lui puisqu’il n’a pas dénoncé celui qui lui a vendu la moto. Pour la répression, nous vous demandons de condamner monsieur Morlaye Bangoura à un an d’emprisonnement et au paiement d’un million de francs guinéens d’amende », a requis la procureure.

Finalement, le tribunal par la voix du juge Mohamed Lamine Camara a condamné Morlaye Bangoura à un an d’emprisonnement assorti de sursis et au payement d’une amende de 2 millions de francs guinéens. Sur l’action civile, le tribunal a ordonné la restitution de la moto volée.

Détenu depuis le 24 juillet dernier à la maison centrale, Morlaye Bangoura devra s’acquitter de l’amende avant de rentrer à son domicile

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél : 622919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin