Le sentiment est mitigé chez les autorités éducatives de Mamou, à l’issue du certificat de fin d’études élémentaires, qui s’est achevé le vendredi, 7 août 2020. Si les épreuves se sont déroulées dans les meilleures conditions, de nombreux cas d’absences sont déplorés dans les centres d’examen de la préfecture, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Selon Elhadj Abdourahmane Satina Diallo, chef section pédagogique de l’enseignement fondamental à la DPE de Mamou, 522 candidats n’ont pas répondu présents dans les salles d’examen. Une situation que le responsable trouve regrettable.

Elhadj Abdourahmane Satina Diallo, chef section pédagogique de l’enseignement fondamental à la DPE de Mamou

« Le contact est que l’examen d’entrée en 7ème année s’est bien passé à Mamou. On n’a pas constaté d’anomalies dans les différents centres de la préfecture pendant ces 3 jours. Mais, nous déplorons l’absence de de 522 candidats dont 201 filles sur 5 702 inscrits dont 2 543 filles. Donc, si un élève n’est pas accompagné, il ne pourra rien faire durant sa vie scolaire. Et si on ne forme pas nos enfants aujourd’hui, c’est d’autres qui viendront gérer ce pays demain. Je demande aux candidats du BEPC et du Bac de se préparer davantage pour mieux affronter les sujets », a-t-il lancé.

Abdoul Karim Camara, surveillant au centre d’examen Elhadj Boubacar Barry

De son côté, Abdoul Karim Camara, surveillant au centre d’examen Elhadj Boubacar Barry, dit avoir fait un constat amer au cours de cet examen national. Il s’agit du faible niveau de certains candidats. « Même s’il n’y a pas eu de fausse note durant cet examen, mon constat d’une part, est amère. Si un enfant qui a été formé pendant plus de 6 ans est incapable de recopier correctement le sujet qui est écrit devant lui, c’est vraiment regrettable.

J’invite les enseignants à former des candidats plus aptes que ceux-ci. Il faut apprendre à l’enfant à lire, à écrire et à calculer dans les basses classes. Quand l’enfant est formé dans ces matières, il n’aura pas de difficultés à traiter un sujet. J’invite mes collègues enseignants à chercher de nouvelles informations, parce que nous devons nous-mêmes nous former pour pouvoir former. Quand l’enseignant est myope, l’élève devient aveugle », a fait observer l’enseignant.

Kadiatou Bah, candidate à l’examen d’entrée en 7ème année

Pour sa part, Kadiatou Bah, candidate à l’examen d’entrée en 7ème année, est partagée entre joie et espoir. « Malgré les perturbations qu’on a connues au cours de cette année (la grève des enseignants et la pandémie de Covid-19), l’espoir est permis. J’ai l’espoir de réussir mon examen, parce que les épreuves étaient abordables », a-t-elle déclaré.

Selon le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, les résultats de ce premier examen national de cette année « pourraient être publiés dans deux semaines ».

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel: 625698919/657343939

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin