Trois journalistes de la radio privée Nabaya FM de Kourémalé, un district relevant de la préfecture et situé à la frontière entre la Guinée et le Mali, ont été convoqués ce samedi matin, 08 août 2020, au commissariat de police de la localité. Même si la raison de leur convocation n’a pas été donnée, nos confrères pensent qu’elle est liée à une émission interactive qu’ils ont animée.

Alsény Philip Condé, rédacteur en chef de la radio Nabaya FM de Kourémalé

Joint au téléphone par Guineematin.com, Alsény Philip Condé, le rédacteur en chef de cette radio, explique que c’est tôt ce samedi que des agents sont venus dans les locaux de la station pour demander aux trois journalistes de se rendre immédiatement au commissariat de police de la localité. « Moi, je n’étais pas la radio ce samedi matin. C’est le technicien du jour qui m’a appelé pour m’informer que quatre policiers, à bord d’un pick-up, sont venus sur les lieux.

Ils ont dit que le directeur adjoint de la radio, Aly Soumah, le journaliste N’Fally Camara et moi-même, nous sommes convoqués à la police et qu’on doit s’y rendre immédiatement. Ils n’ont laissé cependant aucun papier sur les lieux, ça a été une convocation verbale. Nous sommes actuellement en route pour le commissariat de police », a confié notre confrère.

Les journalistes vont répondre donc à une convocation dont ils ne savent pas exactement le motif, même s’ils se font déjà une idée là-dessus. Selon Alsény Philip Condé, cette convocation fait suite à une émission interactive que les trois concernés ont animée sur les antennes de Nabaya FM.

Dans cette émission, la police de Kourémalé a été sévèrement critiquée par les citoyens pour ses « exactions » sur les populations. C’est le cas notamment du mineur burkinabé que des policiers sont accusés d’avoir « brigandé » en lui retirant un montant de 500 000 francs CFA. Ce dernier s’est donné la mort par pendaison suite à cet acte.

Lire : Doko (Siguiri) : dépouillé de 500 milles FCFA par des policiers, un burkinabé se donne la mort

A suivre !

Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin