image d’archive

Les hors la loi continuent de sévir sur les routes guinéennes. Dans la nuit du dimanche au lundi, 10 août 2020, un véhicule de transport en commun qui effectuait le trajet Conakry- Labé, a été la cible d’une attaque à main armée. Les faits se sont produits au poste de contrôle de Foulaya, à Kindia, avec plus 20 millions GNF emportés et de nombreux autres objets de valeur, rapporte le correspondant de Guinéematin.com basé à Labé.

L’assaut a eu lieu sur la route nationale Kindia- Mamou aux environs de 05 heures du matin, à quelques mètres du poste de contrôle situé à Foulaya. Il n’y pas eu de blessés, mais une importante somme d’argent a été emportée par les malfrats, lourdement armés, apprend-on

Selon Mamadou Saliou Diallo, le chauffer du taxi, les assaillants ont tiré des rafales avant de sen prendre à eux. « C’est aux environs de 18 heures que j’ai quitté Conakry. C’est au niveau du poste de contrôle de Foulaya que j’ai retardé de 00 h jusqu’à 4 heures du matin. Quand j’ai dépassé cet endroit, nous avons eu une crevaison. C’est au moment où je changeais le pneu que quatre individus, lourdement armés et à bord de deux motos, nous ont trouvés sur les lieux. Ils se sont mis à tirer des rafales en l’air. Nous étions pris de panique. Ils nous ont sommés de nous coucher. Ensuite, ils ont ouvert le véhicule pour prendre tout ce qu’il y avait dedans, à savoir des bagages et de l’argent. Un des passagers a perdu 23 millions de francs guinéens. Un autre a perdu 700 mille et d’autres des sommes que les propriétaires n’arrivent pas à estimer, sans oublier des objets de valeurs ».

Pour Mamadouba Banks Camara, le chargé des conflits et négociations au bureau syndical des transports et mécaniques général de Labé, cette autre attaque montre à suffisance que les chauffeurs courent un grand risque dans leurs activités. « Personne n’a été tué ni blessé dans cette attaque mais tous les bagages ont été emportés, plus de l’argent. Pourtant, il y a souvent des patrouilles nocturnes qui s’opèrent entre Kindia et Mamou. Mais, cela ne sert à rien parce que ces attaques deviennent de plus en plus récurrentes entre Kindia et Mamou. C’est pour dire que les autorités n’ont pris aucune disposition pour sécuriser les citoyens et leurs biens », martèle le syndicaliste.

DeLabé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin