Les évaluations pratiques dans les écoles de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ont débuté ce lundi, 10 août 2020, en Guinée. Dans la région de Boké, ce sont 1700 candidats en fin de cycle, repartis dans 20 filières, qui entament cette phase, après celle théorique de la semaine dernière. Cette première journée s’est passée sans aucune fausse note, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après les évaluations théoriques de la semaine dernière, la phase pratique pour les écoles de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a démarré ce lundi. La région de Boké n’est pas restée en marge de cette dynamique avec quelques 1700 candidats qui sont concernés.

Amara Boké Camara, directeur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle de Boké

Interrogé par notre reporter, Amara Boké Camara, directeur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle de Boké, a apporté des précisions sur le programme de cette première journée. « Ils sont au total 1700 candidats, repartis dans 20 filières à travers les écoles techniques et professionnelle de la région. Je peux vous citer des filières comme la Santé, la Couture, la Saponification, le CFP, la Maçonnerie, ainsi de suite. On a déjà fini avec la théorie, les copies sont déjà à Conakry. Aujourd’hui, nous avons lancé les épreuves pratiques partout. Le matin, j’étais à l’hôpital régional pour lancer les épreuves pratique pour les candidats en Santé. J’ai visité les candidats de l’ENI et maintenant je suis avec les candidats en Maçonnerie. Pour le moment, le tout se passe bien et les délégués nationaux sont déjà là et ont commencé leur travail », a dit monsieur Camara.

Soriba Camara, évaluateur

La phase pratique de cet examen, c’est aussi avec les candidats en Mécanique auto. Soriba Camara, évaluateur, est revenu sur ce qui doit être fait par les candidats. « Pour les évaluations pratiques nous avons deux postes: un poste en réparation et un poste en dépannage. La réparation, c’est l’étude des organes. Par exemple, on demande de faire l’étude d’une pompe à essence. Ça, c’est démontage, étude et remontage. Pour le dépannage là, on peut mélanger les fils de bougies par exemple et on demande aux candidats de chercher la panne et réparer ».

Mafoudia Soumah, candidate en Maçonnerie

Mafoudia Soumah, candidate en Maçonnerie, trouvée au chantier, dit être prête à affronter les épreuves. « Notre sujet porte sur l’élévation des mûrs. On a les ingrédients et les outils appropriés pour l’élévation du mur. On fait le mélange du ciment et du sable et après on superpose les briques. Pour le moment, ça se passe bien et je n’ai pas de difficultés ».

Selon nos informations, cette évaluation pratique doit s’étaler sur une semaine.

Depuis Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin