Mis en place en 2019, le conseil local des jeunes (CLJ) de Siguiri est sur pied depuis plusieurs mois dans le but d’atteindre ses objectifs. Il s’agit d’impliquer les jeunes dans la gouvernance locale mais aussi lutter contre les conflits récurrents dans la préfecture. Et, même si la mission est loin d’être réussie, le travail de la structure est déjà salué sur le terrain, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui s’est rendu dans la ville.

C’est dans le cadre du Projet d’appui à la participation des jeunes à la gouvernance dans les 20 communes conflictogènes en Guinée, mis en œuvre par le gouvernement guinéen en collaboration avec l’UNICEF, l’UNESCO et l’UNFPA, que le conseil local des jeunes de Siguiri a été mis en place. Les membres de la structure ont été formés dans un premier temps, sur le processus d’élaboration du plan de développement local (PDL) et du plan annuel d’investissement (PAI). Ensuite, le conseil a entamé ses activités sur le terrain, qui ont porté notamment sur la lutte contre la pandémie du coronavirus.

Bintou Doumbouya, membre du conseil local de jeunes de Siguiri

« Avec l’accompagnement du programme PBF des Nations Unies, nous avons réalisé une sensibilisation sur le respect des mesures barrières contre la Covid-19. Mais aussi, nous avons fait un focus groupe pour l’identification des besoins des jeunes », confie Bintou Doumbouya, membre du conseil local des jeunes de Siguiri.

Aujourd’hui, le CLJ de Siguiri entend rassembler les jeunes de la ville autour d’un idéal commun, qui est la paix. Car sans la paix, aucun développement n’est possible, souligne Djissey Kelefa, secrétaire comptable de la structure. « Le conseil local de jeunes est une structure de jeunes pour la promotion de la paix. Nous sommes un organe consultatif pour réaliser nos ambitions de vivre ensemble ».

Sékou Diop, président du conseil local de jeunes de Siguiri

Pour atteindre ses objectifs, le conseil local des jeunes de Siguiri ambitionne de créer un cadre de concertation entre les jeunes de la ville et les autorités locales. « Etant une structure de jeunes, nous exhortons les jeunes à nous aider pour les accompagner. Ce conseil est ouvert à tous les jeunes de la commune urbaine de Siguiri. Nous envisageons de créer un cadre de concertation et de consultation entre les jeunes et les autorités de Siguiri. Nous envisageons également de faire participer les jeunes à la prise des décisions et à l’élaboration du programme de développement de nos collectivités locales, afin de diminuer le taux de conflits entre les jeunes tels que : les conflits électoraux ; domaniaux et surtout les conflits sociaux liés à des réclamations », a annoncé Sékou Diop, le président dudit conseil.

Almamy Tounkara, secrétaire général de la commune urbaine de Siguiri

Déjà, le travail du CLJ commence à faire des effets positifs sur le terrain. Une situation saluée par Almamy Tounkara, secrétaire général de la mairie de Siguiri. « Depuis leur installation, ils ont pu gérer plusieurs conflits à la satisfaction du conseil local de la mairie. Le conseil local de jeunes est l’outil principal du conseil communal sur les questions de conflits aujourd’hui. Nous sommes très ravis de leur installation », a témoigné ce cadre de la commune.

De Siguiri, Abdoulaye N’koya SYLLA, envoyé spécial de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin