Tôt ce mardi, 11 août 2020, plusieurs femmes ont envahi le domicile du patriarche de N’Zérékoré, Molou Holomo Hazaly Zogbélémou. Elles demandent l’implication du doyen des sages de la ville pour la libération des personnes arrêtées suite aux dernières violences inter-communautaires enregistrées dans la capitale de la Guinée forestière et qui sont détenues à Kankan.

Selon le correspondant de Guineematin.com sur place, c’est à 6 heures du matin que le groupe de femmes est arrivé devant le domicile de l’autorité morale de N’Zérékoré. Elles se sont couchées par terre devant sa porte pour le supplier à user de tout son pouvoir pour obtenir la libération de leurs maris et fils détenus depuis quelques à la maison centrale de Kankan. « Depuis ils ont envoyé nos maris, on n’a pas quelqu’un pour nourrir la famille. On a trop souffert, nous avons la charge des enfants, les frais de scolarité de nos enfants et d’autres dépenses pour la famille.

Nous avons trouvé les gens qui sont venus nous demander de les donner de l’argent pour aider à libérer nos maris mais rien. Moi personnellement j’ai dépensé plus de 10 millions dans cette affaire et nous avons passé par tous les moyens pour gagner gain de cause mais rien. On a tous maigri et on n’a rien à nourrir pour la famille. C’est pour cela nous sommes-là ce matin nu et couchées par terre pour voir le vieux qui est notre père pour qu’il nous aide à plaider auprès du président afin que ce dernier puisse libérer nos maris », a déclaré Widöh Loua, l’une des manifestantes.

De son côté, Hélène Loua interpelle personnellement le président de la République. Elle exhorte Alpha Condé à avoir pitié de toutes ces familles qui souffrent de l’arrestation et l’incarcération des leurs. « Sincèrement, ça ne va pas dans nos familles. Moi, mon enfant qui est en prison, sa femme était en grossesse, elle a subi opération à l’hôpital et personne n’est à côté d’elle actuellement. Je suis obligée de venir ici parce que depuis plusieurs mois, nous sommes sur pied pour le problème-là, sans trouver une solution. Vraiment, on prie le président de la République de nous aider à libérer ces enfants-là. Il doit avoir pitié de nous, pauvres épouses et pauvres mères, qui souffrons depuis l’arrestation de ces personnes », a-t-elle lancé.

Pour l’heure, le patriarche, Molou Holomo Hazaly Zogbélémou, n’est pas encore sorti pour rencontrer ces femmes. Elles promettent de ne pas quitter les lieux jusqu’à ce qu’elles puissent rencontrer l’autorité morale et avoir un engagement de sa part, de s’impliquer pour la libération des 44 personnes détenues à Kankan. Arrêtés à N’Zérékoré, ces opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé sont accusés d’être responsables des affrontements intercommunautaires qui ont émaillé le double scrutin du 22 mars 2020 dans cette ville. Des violences qui avaient fait plusieurs de morts, de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels.

Avant ces femmes, plusieurs jeunes leaders avaient fait une sortie médiatique samedi dernier à N’Zérékoré pour réclamer la libération de ces détenus pour favoriser le maintien de la paix dans la région. Un appel qui a été également lancé par la coordination des unions forestières, basée à Conakry.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin