Comme annoncé précédemment, un jeune conducteur de taxi moto, du nom de Souleymane Diallo, a été poignardé par un passager dans la soirée du dimanche, 9 août 2020, à Siguiri. Mis aux arrêts par des citoyens, Boh Loncény Traoré, l’auteur de l’acte, a été mis à la disposition des services de sécurité. La gendarmerie de Siguiri l’a entendu sur PV avant de le traduire en justice, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Interrogé avant son déferrement, le jeune homme a assuré qu’il n’est nullement un bandit. Selon lui, il a poignardé le conducteur de la moto parce qu’il ne savait pas où ce dernier voulait le conduire. « Je voulais me rendre au village. J’ai demandé à un conducteur de taxi moto de me déposer là-bas. Il m’a dit payer 120 000 francs, j’ai accepté. En cours de route, sa moto est tombée en panne. Après l’avoir réparée, nous avons repris notre chemin.

C’est ainsi qu’il a emprunté une nouvelle route que je ne connais pas. J’ai eu peur parce que j’avais de l’argent dans mon sac. C’est pourquoi, j’ai pris un couteau pour le poignarder au cou et nous sommes tombés. J’ai pris la fuite pour aller informer les gens du village voisin de ce qui est arrivé, mais il est arrivé là-bas avant moi et il a dit aux gens qu’il a été attaqué par un bandit. C’est ainsi que les gens m’ont ligoté et bastonné avant de conduire à Siguiri », a dit Boh Loncény Traoré.

Mais, cette version du jeune est loin de convaincre les services de sécurité. Le colonel Lah Moussa Traoré, commandant de la gendarmerie de Siguiri, a instruit ses hommes de le mettre à la disposition de la justice, où il va s’expliquer avec la victime, qui suit actuellement son traitement à l’hôpital préfectoral de Siguiri. « J’ai reçu un appel m’informant qu’un jeune conducteur de taxi moto a échappé à un assassinat. Aussitôt, j’ai instruit mes agents qui étaient sur les lieux d’ériger des barrages pour mettre main sur le suspect.

Heureusement, il avait déjà été mis aux arrêts par des citoyens. Nous allons dresser le procès-verbal et traduire à la justice. Mais, je profite de l’occasion pour inviter toujours les conducteurs de taxis motos d’être prudents. Un passager qui te déplace à 120 000 francs de Siguiri à Kintinian, alors que le transport dans les véhicules c’est 20 000 francs, il faut vraiment comprendre cela », a dit l’officier de la gendarmerie.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin