La commune rurale de Koumbia, à l’instar des autres localités de Gaoual, fait face à une dégradation accélérée de son environnement. C’est du moins ce qui ressort d’un entretien accordé à Guineematin.com par responsable en charge de l’environnement, monsieur Tidiane Diallo.

D’entrée, cet expert en développement communautaire et environnementaliste a expliqué que Koumbia dispose de 192 têtes de source et plusieurs cours d’eau et fleuve. Pour les cours d’eau, il s’agit de Koodiwol, Finton, Touguiwel, Kissenwol, Kembérawol, Madinawol, Kaawlinwol , Bikiwol, de Biyanéwol et de Koumarawol. Le fleuve Koliba qui continue sa marche en Guinée Bissau, traverse la localité de Thiankoun M’Bali, à la limite avec Sarébhoïdho.

Des marres, Koumbia en possède plusieurs : il s’agit de Pakiss, Yama, Diyoti, Kalissy, Bhébho, Kébouya et Kansekassi.

Pour lui, les problèmes environnementaux sont des facteurs angoissants pour toute l’humanité. Puisque la question principale reste de savoir comment faire vivre cette marée humaine dans les années et siècles à venir avec des ressources naturelles de plus en plus épuisées.

Pour le cas de Koumbia, Monsieur Diallo souligne la dégradation de l’environnement est accompagnée par une élévation anormale des températures, une saison sèche de plus en plus longue contre une saison des pluie raccourcie, un paysage dégradé, des fissures profondes du sol, l’ensablement des cours d’eau, des inondations par endroit, de déplacements de sinistrés, retard dans le processus de germination, de pertes de récoltes et baisse des rendements, du bétail amaigris et un cheptel menacé avec des points d’eau naturels de plus en plus rares…

Tidiane Diallo, responsable en charge de l’environnement à Koumbia

Pour juguler cette situation catastrophique, cet expert local pense au reboisement massif des zones déboisées mais aussi un reboisement le long des cours d’eau et de tête de source et la création de forêts communautaires, villageoises et privées, la création de plantation familiale et individuelle à plusieurs endroits en vue de participer à réduction des gaz à effet de serre. Le tout avec des campagnes de sensibilisation soutenues contre les feux de brousse, la confection des briques cuites surtout le long des cours d’eau, la propension de l’agriculture sur brûlis, la coupe abusive du bois…

Parallèlement à ces actions, Tidiane Diallo conseille dès maintenant à l’utilisation des foyers améliorés en lieu et place du bois de chauffe et du charbon.

Le respect de ses conditions permettra de retrouver des forêts stables, des cultures vertes, des animaux en embonpoint, des cours d’eau réguliers et des marigots bien pleins, des têtes de source protégées, une faune riche et une flore verdoyante, a conclu Monsieur Diallo.

Actuellement, la collectivité compte une forêt communautaire à Kamélé et plusieurs plantations privées ou associatives, notamment à Kembéra et Madina-Guilédji.

Depuis Koumbia, Abdallah Baldé pour Guineematin.cm

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin