Foniké Menguè à la barre : « c’est l’armée à la solde de M. Alpha Condé qui tue les manifestants »

Le procès d’Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, responsable des antennes et des actions du FNDC, a repris ce jeudi, 20 août 2020, au tribunal de première instance de Dixinn. Cette troisième audience a commencé par un débat autour de la transcription des propos incriminés de l’opposant à un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Des propos qu’il a tenus dans l’émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace et pour lesquels il est poursuivi, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

A l’ouverture de l’audience, le juge Alphonse Charles Wright a lu la première partie de la transcription des propos du prévenu avant de donner la parole aux parties. Là-dessus, le procureur a interrogé Foniké Menguè sur les sa déclaration selon laquelle, c’est l’armée guinéenne qui tire sur les manifestants.

« Je confirme que c’est l’armée à la solde de monsieur Alpha Condé qui tue les manifestants. On a les preuves. Nos avocats ont déposé tous les documents de preuves au niveau du procureur. Et, il en est informé. Maintenant, le FNDC que nous sommes, continue de tout faire pour empêcher le 3ème mandat d’Alpha Condé. Nous allons continuer ce combat pour l’empêcher », a répondu l’activiste de la société civile.

A la réponse à une question de Me Mohamed Traoré, l’un des avocats de la défense, Foniké Menguè a déclaré que « la loi nous permet de combattre la confiscation du pouvoir. Et le seul moyen à notre disposition, ce sont les manifestations. Dès le départ, le FNDC a compris les intentions de monsieur Alpha Condé ; et c’est pourquoi, il a lancé des manifestations qui, malheureusement, sont réprimées par les forces de l’ordre ».

De son côté Me Salif Béavogui, un autre avocat de la défense, a laissé entendre que Foniké Menguè et plusieurs responsables du FNDC paient tout simplement pour s’être opposés à un troisième mandat pour le président Alpha Condé. « Notre client a été menacé de mort. Il vivait dans la clandestinité deux mois avant son kidnapping.

C’est la vie que tous ceux qui sont opposés au 3ème mandat pour Alpha Condé mènent malheureusement. Alors que pendant ce temps, ceux qui soutiennent le projet de 3ème mandat roulent dans des grosses cylindrées et bénéficient même des promotions », a dénoncé l’avocat.

Les débats se poursuivent devant le tribunal correctionnel de Dixinn, et nous y reviendrons.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS