Foniké Menguè prévient : « si je mourrais aujourd’hui, de ma tombe, je lutterai contre le 3ème mandat »

Ouverte dans la matinée de ce jeudi, 20 août 2020, la troisième audience du procès d’Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, responsable des antennes et des actions du FNDC, se poursuit au tribunal de première instance de Dixinn. Poursuivi pour « menaces notamment de violence ou de mort par la mise à la mise à la disposition d’autrui d’informations de nature à troubler la sécurité publique ; communication et divulgation de fausses informations », l’activiste de la société civile est resté ferme sur sa position. Il assure que ses ennuis judiciaires sont dus tout simplement à son opposition à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

« Ma présence ici, c’est parce que je suis opposé à la volonté d’Alpha Condé de faire de la Guinée un royaume. Ça, le procureur le sait, la Guinée le sait et toute l’Afrique le sait également. Ce procès, pour moi, est un bâillonnement des voix dissidentes contre le 3ème mandat. Les Guinéens nous suivent, les Guinéens savent que nous menons un combat noble. Les Guinéens savent que le projet de 3ème mandat n’est pas bon pour eux et même pour le procureur qui est en face de moi. Les Guinéens savent que ce projet funeste, ce projet de 3ème mandat n’est pas bon pour eux. Et, c’est pourquoi nous, leaders du FNDC, sortons sans des gardes du corps alors que ceux qui le défendent n’osent pas le faire », a-t-il déclaré devant le tribunal.

Droit dans ses bottes, Foniké Menguè soutient que même s’il lui arrivait de mourir maintenant, il va poursuivre le combat pour empêcher l’actuel chef de l’Etat guinéen de s’octroyer un troisième mandat. « Si je mourrais aujourd’hui, de ma tombe, je lutterai contre le 3ème mandat d’Alpha Condé. Je le dis parce que je suis menacé, ma famille est menacée. Ma femme, même lorsqu’elle part au marché, elle est suivie par des agents de renseignement. Même lorsqu’elle vient me rendre visite à la maison centrale, elle est filée par les agents de renseignement.

Mais malgré tout, je vais continuer le combat. J’ai décidé de rejeter toutes les propositions qui m’ont été faites. Le pouvoir m’a proposé monts et merveilles, mais j’ai tout rejeté. Si je le voulais, je serais aujourd’hui l’un des guinéens les plus riches. Mais j’ai renoncé à tout pour consacrer ma vie à ce noble combat. Donc je le mènerai jusqu’au bout. Le jour où Alpha Condé dira qu’il renonce à son projet de 3ème mandat, la mission du FNDC prendra fin ce jour même », a laissé entendre ce haut responsable du Front National pour la Défense de la Constitution.

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS