Marlyatou Diallo, candidate, sciences sociales

Le baccalauréat unique session 2020 a pris fin ce vendredi, 28 août 2020, en Guinée. Et, dans la préfecture de Mamou, plusieurs candidats sont sortis heureux de cette dernière journée d’évaluation. Ils saluent l’atmosphère qui a caractérisé cet examen et espèrent décrocher leur admission pour l’université. En tout cas, les sujets étaient globalement abordables, disent-ils, même s’ils déplorent la sévérité des surveillants dans les salles.

Au sortir de la dernière épreuve de cet examen, nombreux sont les candidats qui disent être « satisfaits » du déroulement du baccalauréat. C’est le cas de Marlyatou Diallo. Interrogée par un reporter de Guineematin.com, la candidate avoue que les sujets étaient abordables. Tout de même, elle invite le président de la République à valoriser l’éducation.

« Les épreuves se sont bien passées ; et, je prie Dieu qu’on puisse avoir cette année 100% à Mamou. Les sujets étaient abordables pour nous et nous avons écrit l’essentiel. Je compte faire le journalisme quand j’aurais mon examen… Je demande aux autorités de prendre aux sérieux l’éducation. Parce que cette année encore, l’année scolaire a connu beaucoup de perturbations, on n’a pas achevé les programmes. Je m’adresse plus singulièrement au président Alpha Condé. En tant que professeur, il doit valoriser l’éducation afin que les enfants du pays profitent de cette éducation pour que, partout où nous irons, que nous puissions être présentables et responsables », a dit Marlyatou Diallo.

Sékou Traoré, candidat

De son coté, Sékou Traoré dit être optimiste. Et, il invite ses amis candidats à garder l’espoir d’une réussite au BAC cette année. « Au terme de notre examen, je suis très optimiste. Nous étions à la hauteur de traiter les sujets. J’invite les amis d’espérer toujours. La surveillance était dure ; mais, nous sommes sortis heureux. Nous remercions nos professeurs qui nous ont encadrés durant l’année scolaire… », a déclaré Sékou Traoré qui voudrait, s’il est admis, faire « Labo-Bio » à l’Institut Supérieure de Technologie de Mamou.

Pour sa part, la candidate Aminata Diallo du « Groupe Scolaire Privé Hindaye » estime qu’il y aura cette année un véritable succès au baccalauréat à Mamou.

Aminata Diallo, sciences sociales, candidate du Groupe Scolaire Privé Hindaye

« Toutes les épreuves étaient abordables, même le sujet de mathématiques. Bien que l’année a été perturbée par la pandémie de Coronavirus, avec les cours à distance et l’appui de nos professeurs, nous avons beaucoup appris. Seulement, la surveillance était dure. Les surveillants ont appliqué strictement les consignes données. Cette année, la donne changera à Mamou », espère Aminata Diallo.

Cette lueur d’espoir qui se lit sur les visages des candidats de la ville carrefour se ressent aussi chez les encadreurs. Beaucoup d’enseignements disent être satisfaits de ces quatre jours d’évaluation qui ont ponctué cette année le BAC.

Mamadou Garanké Baldé, chef du centre Ducal

« Je peux vous assurer que je suis vraiment réconforté, parce que nous avons passé un excellent moment avec non seulement les surveillants, mais aussi les candidats. Ils se sont bien comportés, toutes les mesures ont été respectées à la lettre. Ici, au centre Ducal, grâce à la compréhension des uns et des autres, tout s’est bien passé. Il n’y a eu aucune fausse note. Nous remercions et félicitons aussi les innovations de notre nouveau ministre » a dit Mamadou Garanké Baldé, le chef du centre Ducal.

A que noter la seule fausse note (et non la moindre) enregistrée cette année pendant le déroulement du baccalauréat à Mamou, est la mort du premier délégué national du Centre Doukouré, dans la commune urbaine. « Il est décédé de suite de COVID-19 », selon une source éducative.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin