Fin du baccalauréat à Faranah : « je demande aux correcteurs d’avoir pitié de nous » (candidat)

Comme annoncé précédemment, le baccalauréat unique session 2020 a pris fin hier, vendredi 28 août 2020, en Guinée. Cet examen a duré quatre jours ; et, dans la préfecture de Faranah, les espoirs d’admission pour l’université sont grands chez les candidats. Malgré quelques difficultés rencontrées çà et là dans les matières d’évaluation, plusieurs de ces jeunes en bleu et blanc (tenue des lycéens guinéens) disent avoir fait le maximum pour avoir la moyenne, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

« Il n’y a pas eu de fraude ! Le sujet de mathématiques était vraiment chaotique ! Je vais avoir mon examen… », ce sont entre autres témoignages de quelques candidats au baccalauréat unique qui ont été interrogés par le correspondant local de Guineematin.com, au sortir de la dernière épreuve de cet examen à Faranah. Sans détour, ces candidats avouent avoir rencontré des difficultés face à certains sujets, même si de façon générale, ils soutiennent que les épreuves étaient globalement abordables.

« Dieu merci, au niveau des sujets, nous n’avons pas eu assez de difficultés. Heureusement pour nous, on a vu ça en classe. Je suis très fière vraiment. Je suis sûr que je vais avoir mon examen parce que je crois en ce que j’ai fait », a confié le candidat Mohamed Camara.

Venue du lycée « GAN » de Faranah pour le Centre « K. Kourouma », Hamidou Diallo, candidat en sciences Sociales, trouve que les sujets étaient un peu difficiles.

« Je suis très content aujourd’hui ; parce que depuis le début jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas eu de fraude dans notre centre. Donc, ça s’est bien passé. Les surveillants ont joué leur rôle de nous surveiller ; et, nous aussi, nous avons travaillé, nous avons écrit ce qu’on connait. Les surveillants n’ont pas été exigeants avec nous. Seulement, comme l’année scolaire ne s’est pas très bien passée, les sujets étaient un peu difficiles. Mais, par la grâce de Dieu, nous avons fait notre maximum », a indiqué Hamidou Diallo.

Pour Sory Camara, candidat en sciences sociales, l’examen s’est bien passé ; mais, le sujet de mathématiques lui a donné du fils à retordre. D’ailleurs, malgré son espoir de réussite, ce candidat demande aux correcteurs du BAC d’avoir « pitié » des candidats.

« L’examen s’est très bien passé, parce que les sujets étaient abordables. Je remercie le bon Dieu parce que depuis le début de l’année, malgré la crise sanitaire et les grèves, nous avons bien préparé nos leçons ; et, l’examen s’est bien passé. Ce sont les mathématiques qui nous ont un peu fatigués, parce que la plupart des élèves de sciences sociales ont des difficultés avec cette matière. Ce sujet était chaotique, vraiment. Mais, après ces quatre jours de BAC, j’ai l’espoir que je vais entrer à l’université selon l’effort que j’ai fourni. Je demande aux correcteurs d’avoir pitié de nous », a dit Sory Camara.

De son côté, Fatoumata Camara, candidate en sciences Expérimentales, croit avoir fait le nécessaire pour décrocher son BAC. Mais, elle avoue tout de même avoir sué sur certains sujets.

« On n’a pas traité tout, c’est la biologie et la chimie qui nous ont fatigués. La partie qu’on nous a envoyée, on n’a pas vu ça en classe. Mais, j’ai l’espoir quand même que je vais avoir mon BAC », a-t-elle indiqué.

À noter que la préfecture de Faranah compte 1 756 candidats inscrits dont 510 filles (pour tous profils confondus). Mais, ce sont 1 619 candidats dont 483 filles qui ont répondu présents dans les cinq (5) centres d’examen qui y ont été érigés pour accueillir le baccalauréat unique session 2020.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tél. : 620 24 15 13 / 660 27 27 07

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS