Mamadou Mâdjou Diallo, secrétaire fédéral de l’UFDG et secrétaire administratif du FNDC de Mamou

Sauf changement de calendrier, les guinéens iront aux urnes le 18 octobre prochain, pour choisir le successeur d’Alpha Condé à la magistrature suprême de la Guinée. Mais, face à une éventuelle candidature de l’actuel chef de l’Etat guinéen pour un troisième mandat, plusieurs partis d’opposition membre du FNDC (front national pour la défense de la constitution) sont encore dubitatifs sur leur participation ou non à ce scrutin présidentiel.

Ces partis sont surtout partagés entre « accompagner ou laisser le champ libre » à Alpha Condé pour un autre mandat de 6 ans (cette fois, au lieu de 5 ans) à la tête de la Guinée. C’est le cas de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) où des « consultations » sont engagées pour déterminer la position à adopter vis-à-vis de cette élection présidentielle. Et, selon des informations confiées à un journaliste de Guineematin.com, le bureau fédéral de Mamou s’est déjà prononcé en faveur d’une participation de l’UFDG (la principale formation politique d’opposition en Guinée) à cette prochaine échéance électorale.

Lors de notre entretien téléphonique de ce lundi, 31 août 2020, Madiou Diallo, le secrétaire fédéral de l’union des forces démocratiques de Guinée dans la ville carrefour a confirmé cette information, tout en énumérant les raisons qui ont conduit la fédération qu’il dirige à opter pour cette position.

« La fédération a décidé à ce que nous (UFDG) y allions. Parce que premièrement, un parti politique est fait pour aller aux élections. Car, c’est à travers les élections qu’on peut acquérir le pouvoir. Maintenant, la deuxième raison, c’est que compte tenu de la situation sociopolitique actuelle du pays, la seule force alternative et capable de faire quelque chose face au pouvoir, c’est l’UFDG. Et, la troisième raison, c’est que Alpha est un président sortant qui ne se présentera pas. Nous savons qu’il ne pourra pas se permettre d’aller aux élections contre l’UFDG, parce qu’il sait qu’il va perdre », a expliqué Madiou Diallo, tout en précisant que cette position de la fédération de Mamou a déjà été transmise au bureau national de l’UFDG.

A noter qu’en plus de la fédération de Mamou, plusieurs autres fédérations de l’UFDG ont émis le souhait de voir l’union des forces démocratiques de Guinée faire acte de candidature pour la l’élection présidentielle du 18 octobre prochain en Guinée.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin