Mamadou Safaye Diallo, secrétaire fédéral UFDG à Boké

Après l’officialisation de la candidature du président Alpha Condé à un troisième mandat, le débat se focalise désormais sur l’éventuelle participation de l’UFDG, le principal parti d’opposition, à la présidentielle du 18 octobre prochain. Pour certains, le parti de Cellou Dalein Diallo ne doit pas prendre part à cette compétition électorale parce qu’en le faisant, il aura validé la nouvelle constitution et aura donc sacrifié tous ceux qui sont morts dans le combat contre cette constitution.

Mais le secrétaire fédéral de la formation politique à Boké, lui, a un avis contraire. Pour Mamadou Safaye Diallo, l’opposition doit participer au scrutin du 18 octobre et se donner effectivement les moyens de l’emporter. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé ce mercredi, 2 septembre 2020, au correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

« Nous sommes très exacerbés du fait que Alpha Condé accepte de violer la constitution. On savait depuis très tôt que tout ce qu’il faisait depuis le début, c’était pour avoir un troisième mandat. Maintenant ce que nous, nous allons faire, c’est de pousser l’UFDG à se présenter aux élections. Si on est rassurés que le fichier est propre, nous allons aux élections, on va battre Alpha Condé sur le terrain quel que soit le problème. Nous avons fait un mémorandum qu’on a adressé aux partis politiques pour qu’ils puissent faire une candidature unique de l’opposition.

Et si c’est le cas, quel que soit le problème, nous allons battre Alpha Condé dès le premier tour. Il faut qu’on aille aux élections pour éviter la chaise vide. Nous n’allons pas nous laisser distraire par ceux qui nous ont piégés la fois passé (lors du double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020). Moi, je pense qu’on doit aller aux élections parce que c’est sûr si on avait été aux législatives, on allait avoir au moins 50 députés. Donc la politique de la chaise vide, ça ne paie pas », a dit ce responsable de l’UFDG à Boké.

Par ailleurs, monsieur Diallo a appelé les jeunes et les femmes de Boké à se donner les mains et refuser toute forme de manipulation. « Aujourd’hui, rien ne va à Boké. Il faut que les jeunes et les femmes sachent que la situation de Boké n’est pas une malédiction, c’est juste le résultat de la mal gouvernance. Il faut lutter contre les gens qui font de la manipulation en se disant ressortissants de Boké. Quand j’entends un Mathurin (Le gouverneur de Conakry), un Amara Somparé (le ministre de l’information et de la communication), le directeur national des impôts, le préfet de Boké, le gouverneur de Boké, ils ont raison de demander un troisième mandat.

Parce qu’eux, ils sont en train de vivre aisément. Tout ce qui se trame au niveau des sociétés minières, ces gens ont leur dividende dedans. Si eux ils demandent un troisième mandat, c’est pour défendre leurs postes. Donc il faut que nous, on cesse de se faire manipuler pour des miettes alors qu’on n’a même pas à manger, on ne peut même pas boire de l’eau propre. Il faut qu’on dise à ces gens d’arrêter avec leur manipulation », a lancé le secrétaire fédéral de l’UFDG à Boké.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel: 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin