Saïdou Diallo tué à Hamdallaye : « je ne pardonnerai jamais à celui qui m’a arraché mon fils » (sa maman)

Mamadou Saïdou Diallo, la victime

Comme annoncé précédemment, Mamadou Saïdou Diallo, élève en classe de 10ème année, a été tué par balle dans la soirée d’hier, mercredi 3 septembre 2020, au quartier Hamdallaye, dans la commune de Ratoma (Conakry). Le meurtre de ce jeune homme laisse ses parents et ses amis dans un grand choc, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu dans sa famille ce jeudi, 3 septembre 2020.

Les pleurs et lamentations qui se font entendre ce jeudi dans la famille de Mamadou Saïdou Diallo témoignent de la profonde tristesse provoquée par le meurtre du jeune homme, commis par des agents de la BAC (Brigade Anti-Criminalité), selon les témoins. Lorsqu’il a reçu la balle, il était en compagnie de son ami Abdoulaye Sall.

Abdoulaye Sall, ami du défunt

« Mamadou Saïdou Diallo est un ami intime à moi. On étudie ensemble au groupe scolaire Djibril Tamsir Niane. On a fait le brevet cette année et on attendait les résultats. Hier, je venu lui rendre visite. On est restés pendant un bon bout de temps chez lui, après je lui ai dit que je vais rentrer. C’est ainsi qu’il a décidé de m’accompagner. Et en cours de route on est passés suivre un match de football qui se jouait dans le quartier. Après le terrain, on remontait vers Dar es-Salam, lorsqu’on a rencontré les agents de la BAC. Il n’y avait même pas de manifestation à ce moment-là. Mais dès qu’on les a vus dans le quartier, on a rebroussé chemin. Et immédiatement, ils ont tiré sur lui au niveau de la tête », a expliqué Abdoulaye Sall.

Madame Aïssatou Diallo, mère de la victime

Madame Aïssatou Diallo, la mère de la victime, est inconsolable : « mon fils est parti à jamais. Les agents des forces de l’ordre l’ont tué alors qu’il n’a rien fait de mal. Il était parti accompagner son ami de classe qui était venu lui rendre visite, après ils sont allés suivre un match dans le quartier. C’est au moment où il rentrait du terrain, entre 18 heures et 19 heures, que les agents ont tiré sur lui. Je ne leur pardonne pas et je ne leur pardonnerai jamais pour ça. Mon fils était très poli. Il ne participait jamais aux manifestations. Ce sont ses études qui l’intéressaient. Je demande aux forces de l’ordre d’arrêter de tuer nos fils. Ils ont trop tué ici, il faut que ça cesse maintenant ! Qu’ils arrêtent de tuer nos enfants », a-t-elle lancé.

De son côté, la grand-mère maternelle de la victime dit avoir perdu un jeune qui lui est très cher. « Les forces de sécurité m’ont arraché brutalement mon bien-aimé Mamadou Saïdou Diallo, celui qui faisait tout pour moi. Quand il n’était pas à l’école, il restait à côté de moi et faisait tout ce que je lui demandais. Maintenant on l’a tué. Je ne pardonnerai jamais à celui qui l’a tué. Dieu jugera entre nous », a dit Hadja Aïssatou Lamarara Bah.

Décédé à l’âge de 15 ans, Mamadou Saïdou Diallo, était originaire de Kébaly, dans la préfecture de Dalaba.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622919225

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS