Vol et violence à Conakry : « j’ai taclé le vieux et il est tombé. J’ai pris 2 téléphones et le sac de sa femme »

Poursuivis pour « vol, violences et voies de fait », Mohamed Lamine Camara, Mohamed Lamine Diallo et Sékou Soumah ont comparu hier, mardi 8 septembre 2020, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Les trois prévenus ont reconnu les faits mis à leur charge ; et, à l’issue des débats, le ministère public a requis un an de prison (dont 6 mois assortis de sursis) à leur encontre, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi cette audience.

Selon l’accusation, les faits reprochés à ces trois prévenus remontent au mois de mai dernier, à Simbayah, dans la commune de Ratoma. Mohamed Lamine Camara, Mohamed Lamine Diallo et Sékou Soumah avaient l’habitude de se regrouper dernière la cour de Alpha Amadou Diallo (le plaignant dans cette affaire) pour consommer du chanvre indien et se livrer à des « jeux de hasard ». Ils étaient si fréquents sur ce lieu qu’un jour des policiers y ont fait une descente musclée pour les disperser. C’est ainsi, après le départ de ces agents de sécurité, le groupe de jeunes a estimé que c’est Alpha Amadou Diallo qui a donné leur signalement à la police. Alors, ils ont décidé de lui régler son compte. Ainsi, rouge de colère, Mohamed Lamine Camara, Mohamed Lamine Diallo et Sékou Soumah sont allés défoncer la porte de Alpha Amadou Diallo. Ils ont menacé et agressé les occupants de la concession. Ils s’en sont pris physiquement au père de famille, Alpha Amadou Diallo ; puis, ils ont retiré le sac à main de sa femme, avant de quitter les lieux. Un sac qui contenait quatre (4) téléphones et un montant de 700 mille francs guinéens.

Après cette humiliation qu’il a subie devant sa famille et dans son domicile privé, Alpha Amadou Diallo a alors porté plainte contre ses agresseurs. Une plainte qui a donc conduit à l’arrestation Mohamed Lamine Camara, Mohamed Lamine Diallo et Sékou Soumah. Ces trois ont été ensuite auditionnés et placés sous mandat de dépôt, le 26 mai 2020. Et, finalement, leur dossier a été jugé ce 8 septembre devant le tribunal correctionnel de Dixinn où les trois prévenus ont comparu pour répondre des faits mis à leur charge.

A la barre, Mohamed Lamine Diallo a reconnu être l’auteur du « coup de tacle » qui a fait tomber le père de famille Alpha Amadou Diallo. « C’est moi qui ai taclé le vieux et il est tombé. J’ai pris deux (2) téléphones et le sac de sa femme qui contenait 80.000 francs et non 700 mille francs. J’ai revendu un des téléphones et l’autre je l’ai restitué au moment de mon attestation », a-t-il expliqué.

De son côté, Mohamed Lamine Camara a reconnu avoir pris part à l’attaque dont Alpha Amadou Diallo a été victime. Mais, il assure qu’il n’a rien pris au cours de cette opération. Au contraire, il laisse croire que c’est lui qui a perdu quelque chose dans cette affaire. « Lorsque les policiers sont venus nous pourchasser, j’ai laissé sur les lieux ma chemise et mes deux téléphones. Je n’ai rien pris dans la concession de monsieur Alpha Amadou Diallo. Tous les objets pris ont été retrouvés dans les mains de Mohamed Lamine Diallo » s’est-il défendu.

Pour sa part, Sékou Soumah a déclaré n’avoir rien pris lors de cette attaque dont il admet quand même avoir pris part. « Moi, c’est dans les mains de Mohamed Lamine Diallo que j’ai vu les téléphones et le montant de 80 000 francs. Je n’ai rien pris ; et, je n’ai pas menacé ni violenté quelqu’un » a-t-il confié.

Seulement, les mots de défense des prévenus ont eu du mal à convaincre le ministère public sur le caractère innocent de leur acte. C’est pourquoi, dans ses réquisitions, le procureur audiencier, Daouda Diomandé, a demandé au tribunal de retenir Mohamed Lamine Camara, Mohamed Lamine Diallo et Sékou Soumah dans les liens de la culpabilité de vol, violences et voies de fait. Et, pour la répression, le ministère public a demandé un an dont 6 mois assortis de sursis.

Finalement, le tribunal a mis le dossier en délibéré pour décision être rendue le 21 septembre 2020.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS