A Siguiri, de nombreux citoyens font actuellement les frais des graves inondations enregistrées au cours des dernières semaines dans la préfecture. C’est notamment les habitants de la commune rurale de Norassoba, située à 85 kilomètres du chef-lieu de la préfecture, qui sont coupés de Siguiri et de Kankan. Joint au téléphone par le correspondant de Guineematin.com à Siguiri, un habitant de la localité a tiré la sonnette d’alarme.

Depuis bientôt trois semaines, les routes reliant Norassoba à Siguiri et à Kankan sont impraticables. Complètement inondées, ces deux routes présentent aujourd’hui l’image d’une rivière. Une situation qui préoccupe profondément les habitants de la sous-préfecture, obligés d’emprunter des pirogues pour se déplacer. Bakary Camara, un habitant de la localité, appelle l’intervention rapide des autorités guinéennes avant qu’il ne soit trop tard.

« Nous savons que cette année, des inondations ont été enregistrées presque partout dans le monde. Mais, chez nous à Norassoba, c’est pire. Nous sommes coupés de Siguiri et de Kankan. Aujourd’hui, pour aller à Siguiri, il nous faut emprunter trois pirogues différentes. Pour aller à Kankan également, on est obligés de prendre une pirogue. Il faut vraiment que le gouvernement nous aide à résoudre ce problème, sinon nous risquons de mourir de faim », alerte ce citoyen.

Selon un rapport publié la semaine dernière par la Croix-Rouge préfectorale, les inondations enregistrées depuis le début de la saison pluvieuse à Siguiri ont fait deux morts et 885 familles sinistrées. L’organisation précise toutefois que ce bilan n’est pas exhaustif puisque les dégâts enregistrés dans certaines localités au cours des derniers jours n’ont pas été pris en compte dans ce rapport.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin