Pendant que la préfecture de Tougué reste confrontée à un problème de routes et de pistes rurales, tous les efforts des autorités préfectorales sont focalisés à la campagne pour la réélection du président Alpha Condé à la magistrature suprême du pays pour un autre mandat de plus, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.
Selon le secrétaire général des collectivités décentralisées de Tougué, Elhadj Arafan Mory Aly Oularé qui gère la préfecture depuis quelques semaines en raison de l’hospitalisation du désormais ancien préfet de la localité, Elhadj Abdourahmane Baldé pour cause de Covid-19, sa juridiction géopolitique se porte bien dans l’ensemble.

«Nos besoins prioritaires, ils sont nombreux. Mais, c’est qu’à l’heure actuelle, nous sommes tous focalisés sur les évènements en vue et surtout les élections du 18 octobre 2020 là » a-t-il indiqué.
Pour vendre l’image de leur champion en vue d’engranger beaucoup d’électeurs potentiels dans ce fief de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), ces administrateurs territoriaux à Tougué brandissent les infrastructures réalisées dans les communes rurales et urbaines du pays par le gouvernement guinéen à travers l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC) comme arguments de campagne.

« Vous devez le savoir, le professeur a fait beaucoup de choses pour les collectivités, en les dotant des infrastructures dignes de nom. Ne serait-ce que ça, nous avons des éléments très importants à véhiculer dans le cadre de la sensibilisation pour que chaque population puisse adhérer aux idéaux du Pr Alpha Condé » révèle le président de la commission des sages du RPG Arc-en-ciel de la préfecture de Tougué.

Notre interlocuteur avoue l’échec de son régime en matière d’infrastructures routière en expliquant que le problème de routes et de pistes rurales est un mal commun à toutes les localités du pays. « Cela n’est pas seulement un problème de Tougué. Vous savez ce sont des routes en terre battue qui nécessitent régulièrement des entretiens. Ces entretiens ne sont pas à notre porté », a-t-il ajouté avant de se barricader derrière la pluviométrie.

« Depuis 1996, on n’a jamais eu une pluie aussi abondante comme cette année. Si vous remarquez depuis le mois de juillet jusque maintenant, c’est des grandes pluies » a-t-il déclaré comme pour dire que la dégradation des routes et pistes rurales peut s’expliquer par l’abondance de la pluie qui n’est pas « seulement un problème de Tougué ».

Depuis Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin