La continuité des services de santé de la reproduction en période de Covid-19 constitue une préoccupation du ministère de la santé et ses partenaires techniques et financiers. C’est dans ce cadre que le projet TAKEDA, portant le nom d’une entreprise pharmaceutique japonaise, a été lancé ce mercredi, 16 septembre 2020. La cérémonie de lancement de ce projet s’est tenue au Centre Médical Communal (CMC) de Ratoma, en présence de la ministre des droits et de l’autonomisation des femmes, de l’ambassadeur du Japon en Guinée, de plusieurs du ministère de la santé ainsi que de représentants de l’UNFPA.

Dr Tata Gakou, Directrice de la santé de la ville de Conakry

Parlant de la mise en œuvre du projet, Dr Tata Gakou, directrice de la santé de la ville de Conakry, a fait savoir que l’objectif visé est la diminution de la mortalité maternelle dans notre pays. « Comme vous le savez, la diminution de la mortalité maternelle est l’objectif principal du ministère de la santé. Alors, dans le contexte du Covid-19, ça devient difficile. Les gens n’ont pas la bonne information sur les services. Il y a certains qui pensent qu’en venant dans les services, c’est là-bas où on va attraper la maladie.

Donc, nous allons mettre en place les services de stratégie avancée. C’est-à-dire que les quartiers qui sont dépourvus de structures sanitaires soient couverts par les nouvelles sages-femmes recrutées qui viennent donner des prestations. Si la distance ou la structure leur pose problème, ces sages-femmes seront plus proches de la population.  Le matériel offert sera transporté dans des endroits qui seront choisis en commun accord avec les communautés, et les sages-femmes donneront les prestations sur place », a-t-elle expliqué.

Madame Barbara Sow, représentante UNFPA en Guinée

De son côté, madame Barbara Sow, représentante de l’UNFPA en Guinée, a fait savoir que l’initiative est une réponse au plan national de continuité de service conçu par le ministère de la santé et ses partenaires et validé en juin dernier. « Au moment où ce plan de continuité de service était en train d’être finalisé, l’UNFPA a reçu un financement qui vise le même objectif dans 3 pays en Afrique de l’Ouest : le Bénin, la Guinée et le Togo. C’est une démarche collective axée sur des expériences de chaque pays pour soutenir les plans nationaux de continuité des services de santé pour une valeur de  1,5 millions de dollars par pays et pendant 8 mois », a-t-elle révélé.

Son Excellence Matsubara HIDEO, ambassadeur du Japon en Guinée

Partenaire clé dans la mise en œuvre du projet TAKEDA, l’ambassadeur du Japon en Guinée, Son Excellence Matsubara HIDEO, a expliqué qu’il s’agit d’une contribution importante de la société TAKEDA afin que les femmes enceintes, les mères et les nouveau-nés puissent continuer à être suivis et soignés, même en période de pandémie.

« Par ce projet, il sera assuré que les femmes enceintes et prêtes à accoucher ne seront pas laissées de côté par l’urgence créée par la pandémie mondiale de Covid-19. Les agents de santé et les bénéficiaires seront protégés, et les services toujours disponibles pour plus de 52.000 femmes qui devraient bénéficier de ce projet dans les mois à venir », a dit le diplomate japonais.

Hawa Béavogui, ministre des droits et de l’autonomisation des femmes

Présente à la cérémonie de lancement de ce projet, la ministre des droits et de l’autonomisation des femmes s’est réjouie de cette assistance faite aux femmes de Conakry. Hawa Béavogui souhaite que le projet s’étende sur l’ensemble du pays. « Vu que la cible de ce projet TAKEDA ce sont les femmes et les enfants, nous sommes tenus à être là pour pouvoir favoriser la protection de la santé de la femme, parce que lorsque nous parlons de protection des droits, c’est y compris le droit à la santé qui est fondamentale et qui est d’ailleurs consacrée par notre Constitution.

Il faut dire que les femmes sont plus exposées à la pandémie du Covid-19, d’où cette peur d’aller dans les structures de santé pour se faire consulter. Donc, ce projet vient à point nommé et il constitue un ouf de soulagement pour les femmes. J’interpelle à nouveau le ministère de la santé et ses partenaires techniques et financiers pour pouvoir élargir ce projet sur toute l’étendue du territoire national », a sollicité la ministre.

A noter que la cérémonie de lancement de ce projet a été mise à profit pour remettre des kits et équipements sanitaires offerts par le géant pharmaceutique TAKEDA, en collaboration avec l’UNFPA, aux responsables de 15 structures sanitaires de Conakry.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin