Lutte contre les VBG à Kindia : des jeunes filles leaders et associations des femmes en formation

Dans le cadre de la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), les mutilations génitales féminines (MGF/E) et le mariage d’enfant (ME), un atelier de formation s’est ouvert hier, jeudi 17 septembre 2020, dans la préfecture de Kindia. Les travaux de lancement de cet atelier –qui regroupe 14 membres du club des jeunes filles leaders et associations de femmes- a eu lieu dans la salle de conférence du Centre Namourou, dans la commune urbaine, rapporte un des correspondants de Guineematin.com à Kindia.

Selon les informtions, la présente formation est une initiative de l’inspection régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance ; avec l’appui financier de l’USAID. Elle s’étendra sur deux jours et est axée sur la mobilisation sociale et les techniques de communication en lien avec VBG, MGF/E, ME.

« Les thématiques telles que la connaissance des concepts genre, les violences basées sur le genre ainsi que les techniques de communication vont être abordées. Parce que parmi les grandes stratégies pour mettre fin aux violences faites aux femmes et les mutilations génitales féminines, la sensibilisation et l’information figurent en bonne place. Raison pour laquelle, outre la connaissance des violences faites aux femmes et aux enfants, la connaissance des concepts fondamentaux du genre pour la lutte contre la discrimination, il y a les techniques de communication et une technique particulière de causerie éducative », a expliqué Nuyimona Kabuya, expert en genre et droits humains et facilitateur à cette formation.

Pour Madame Kaba Aïcha Bah, inspectrice régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance de Kindia, les bénéficiaires de cette formation seront déployées sur le terrain pour sensibiliser les communautés sur l’abandon des VBG, MGF/E, ME.

« Après la formation il y aura la table ronde ; et, cette table ronde sera  rediffusée dans les préfectures de Kindia, Coyah, Forécariah et Dubréka. Ces filles et femmes qui seront formées vont faire 4 jours de sensibilisation dans les communautés pour l’abandon de mutilation génitale féminine, le mariage d’enfant, le viol et toutes les formes de violences basée sur le genre. Ce que je recommande aux participantes c’est d’écouter très bien le formateur parce qu’elles  ont eu  la chance d’avoir un très bon formateur qui est spécialiste en genre » a indiqué Madame Aïcha Bah.

De son côté Maciré Touré, la président de l’ONG « les femmes aussi » et participante) cette formation, espère sortir très outillée de cette formation.

« Cette formation a une importance capitale, parce que savoir c’est quoi le genre est une bonne chose. On fait allusion au genre quand nous sommes entre femmes ne sachant pas réellement c’est quoi le genre. Aujourd’hui, on l’a appris étant femme activiste sur le terrain. Maintenant, on s’aura se comporter et l’apprendre aux autres aussi. Nous allons toujours nous battre pour que tout ce que les hommes font que les femmes puissent le faire. C’est qu’il faut retenir la femme est le poumon du développement », a-t-elle confié.

De Kindia, Amadou Bailo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tel : 628 51 67 96

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS