La situation reste tendue dans la commune rurale de Kolaboui, relevant de la préfecture de Boké. Après la chaude journée d’hier, plusieurs jeunes manifestent encore ce samedi, 19 septembre 2020 dans cette localité, qui abrite plusieurs sociétés minières. Ils ont érigé des barricades sur toutes les routes principales, empêchant la circulation, pour exiger le rétablissement de la fourniture du courant électrique, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Fodé Djibi Touré, le président de la jeunesse de Kolaboui

Comme ils l’ont promis hier, les jeunes de Kolaboui n’entendent pas céder jusqu’à la satisfaction de leur revendication. Pour la deuxième journée consécutive, ils sont dans la rue pour exiger le retour du courant électrique dans la localité. « Les trois issues qui mènent au carrefour central de Kolaboui sont bloquées. Sur la route Kolaboui-Kamsar, il y a plus de 30 barrages. C’est la même situation qui prévaut également sur les routes menant à Boké et à Conakry. Nous ne manifestons pas parce que nous voulons manifester, mais on manifeste parce que nous avons besoin du courant.

 

Les gens sont en train de dire que nous sommes en train de faire de la politique. Mais nous disons à tout le monde que nous sommes loin de la politique. Nous réclamons juste le courant. Nous avons rencontré ceux qui sont chargés de nous donner le courant, mais impossible. Tous les groupes électrogènes qui sont là sont vétustes. Sur les trois groupes, un seul groupe fonctionne, les autres sont complètement inutilisables », explique Fodé Djibi Touré, le président de la jeunesse de Kolaboui.

 

Fodé Djibi Touré déplore déjà 8 blessés, « dont 6 hier et 2 autres ce matin », dans les échauffourées qui ont opposé les manifestants aux forces de l’ordre. Mais il souligne que cela ne va pas entamer la détermination des jeunes à « revendiquer leur droit ». Pour mettre fin à leur mouvement de protestation, ils réclament un interlocuteur avec lequel ils vont échanger autour de la satisfaction de leur revendication.

 

« Nous lançons un appel à l’endroit de l’Etat guinéen pour lui demander de venir nous voir afin d’échanger autour de notre revendication. Nous ne sommes pas en train de faire la politique, nous revendiquons juste le minimum. Tout ce que nous voulons, c’est d’être écoutés par l’Etat », a précisé le président de la jeunesse de Kolaboui.

 

A noter que ces manifestations affectent plusieurs sociétés minières évoluant à Boké, et qui sont obligées de passer Kolaboui pour rallier Conakry ou pour faire le sens inverse.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel: 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin