Ibrahima Konaté, conseiller chargé de mission du président Alpha Condé

Dans un entretien accordé Guineematin.com dans la soirée d’hier, vendredi 18 septembre 2020, Ibrahima Konaté, le conseiller chargé de mission du président Alpha Condé, s’est exprimé sur des sujets d’actualité. Avec assurance, ce cadre du RPG arc-en-ciel (le parti au pouvoir) a notamment abordé les questions liées à l’appel à manifester du FNDC et à la présidentielle du 18 octobre prochain en Guinée, etc.

« Je ne sais pas en vertu de quoi le FNDC va se permettre d’appeler la population à la révolte, à l’insurrection et troubler l’ordre public. Mais, ce qui est important, c’est à la justice de faire son travail… Appeler à la révolte, à l’insurrection dans un pays, vous savez que ce sont des infractions graves qui sont prévues et punies par le code pénal. Nous espérons que la justice va mettre hors d’état de nuire tous les fauteurs de trouble », a déclaré Ibrahima Konaté.

Guineematin.com : Au terme d’une plénière tenue cette semaine, le FNDC a annoncé la reprise de ses manifestations à partir du 29 septembre prochain. Comment vous avez accueilli cette annonce ici au niveau de la présidence ?

Ibrahima Konaté : le FNDC, lors de leur rencontre qui s’est passée à son siège, a appelé la population à la révolte. Pour nous, le FNDC n’existe plus. Parce que le FNDC a été mis en place dans le cadre de la défense, comme eux-mêmes ils l’ont dit, de la constitution de 2010. Et, cette constitution n’existe plus. On a demandé à la population qui a voté par voie référendaire avec un suffrage exprimé de 91, 95% de OUI contre le NON. Donc, la constitution a été adoptée et promulguée. Donc, je ne sais pas en vertu de quoi le FNDC va se permettre d’appeler la population à la révolte, à l’insurrection et troubler l’ordre public. Mais, ce qui est important, c’est à la justice de faire son travail à ce niveau. Vous savez, appeler à la révolte, à l’insurrection dans un pays, vous savez que ce sont des infractions graves qui sont prévues et punies par le code pénal. Et, je suis sûr et certain, puisque nous nous portons confiance à la justice, qu’elle fera son travail. Nous espérons que la justice va mettre hors d’état de nuire tous les fauteurs de trouble.

Guineematin.com : De nombreux observateurs pensent  que le parti au pouvoir est inquiet depuis l’annonce de la candidature de Cellou Dalein Diallo à la présidentielle prochaine. Est-ce réellement le cas ?

Ibrahima Konaté : Pas du tout ! Vous le savez, le président de la République, le professeur Alpha Condé, a toujours tendu la main à l’opposition afin qu’elle revienne à la table de négociation, corriger les imperfections, s’il y a des paramètres dans le processus électoral qui ne sont pas normales pour qu’ensemble on puisse les corriger. C’est donc un non évènement puisque le RPG n’est pas à sa première élection, ni deuxième, ni troisième. Ça fait plus de 50 ans maintenant que nous participons aux élections présidentielles. Donc, nous n’avons aucune crainte pour sa venue aux élections présidentielles. D’ailleurs, nous saluons sa venue. C’est cela d’ailleurs que nous avons demandé depuis le début, c’est la compétition. La démocratie, ce n’est pas dans la rue. S’il avait compris cela, on n’en serait pas là tout ce temps. Parce que de 2010 à nos jours, il y a eu plus de 500 et quelques manifestations qui ont abouti à quoi ? Rien. Donc, moi, je pense que le vrai combat pour la démocratie, ce sont les urnes. Même s’il venait par rapport à l’élection référendaire, il pouvait battre campagne pour amener les gens à voter pour le NON contre le OUI. On ne serait pas là dans une nouvelle République. Mais, ils ont préféré la rue. Or, la rue n’arrange rien en matière de démocratie. Ça va aux antipodes de la démocratie. Donc, c’est un non évènement au RPG. D’ailleurs, nous sommes enchantés de sa venue pour compétir ensemble. Et, le 18 octobre 2020, vous verrez que le RPG est un grand parti, une formation politique qui est à l’image de l’ANC et qui va déclarer au soir de cette élection la victoire du professeur Alpha Condé.

Guineematin.com : aujourd’hui, beaucoup de candidats en lice s’inquiètent de la répartition des électeurs. La CENI crédite 22% des électeurs à la Haute Guinée. Pour ces candidats, c’est déjà un début de mascarade électorale en faveur du parti au pouvoir. Votre réaction ?

Ibrahima Konaté, conseiller chargé de mission du président Alpha Condé

Ibrahima Konaté : il n’y a pas de mascarade électorale. Il y a eu un recensement qui a été fait sur toute l’étendue du territoire. Et, nous, nous avons profité. Vous savez, chaque formation politique a un fief. Notre bastion, c’est la Haute Guinée. Nous nous sommes mobilisés à faire sortir nos militants et sympathisants pour aller se faire recenser. C’est dire que nous avons accordé une importance capitale au recensement de nos électeurs. Si vous prenez même la population de la Haute Guinée, c’est vraiment une population importante. Cela est dû aussi à la présence des zones minières. Si vous prenez à Siguiri, Kintinian, ce sont des zones qui ont une population importante. Donc, ce n’est pas la mascarade, c’est la population réelle. D’ailleurs, ce n’est pas toute la population qui a l’âge de voter qui est recensée. Si toute la population ayant l’âge de voter en Haute Guinée est recensée, c’est plus que 22%. Donc, ce n’est pas une mascarade. Le RPG arc-en-ciel, il faut le reconnaître, ne fait pas de mascarade électorale, sans quoi, on n’aurait pas perdue 4 communes sur 5 à Conakry lors des élections communales et communautaires. Vous savez, certains veulent qu’il y ait des embrasements dans ce pays comme je l’ai toujours dit. Allons-y aux élections, ce sont les urnes qui nous départageront.

Guineematin.com : la campagne électorale s’ouvre aujourd’hui à partir de minuit. Une campagne qui se déroulera sous fond de crise sanitaire liée à la COVID-19. Comment le RPG arc-en-ciel se prépare pour cette campagne électorale ?

Ibrahima Konaté : la stratégie de campagne que le RPG a toujours privilégiée, c’est le porte-à-porte. Et, en ce qui concerne période crise sanitaire, c’est ce que nous continuons à privilégier. Vous savez aussi que la force du RPG, c’est la mobilisation. On l’a toujours fait, même lorsqu’on était dans l’opposition, et même maintenant. Mais, on ne l’a pas fait cette fois-ci. Vous voyez, on accepte de faire des regroupements, mais de façon partielle. Cela pour éviter qu’il y ait assez de monde. Sinon, si le RPG décide aujourd’hui de remplir le stade du 28 septembre ou le stade de Nongo, je vous assure que ça sera archicomble. Mais, à cause de cette pandémie, nous essayons de faire en sorte qu’il n’y ait pas trop de regroupements afin que nous n’essayions pas à contribuer à la propagation du coronavirus.

Guineematin.com : Justement, à cause de cette pandémie de COVID-19, certains observateurs de la vie politique guinéenne pensent que ces élections doivent être reportées. Est-ce que vous pensez de la même manière au niveau de la mouvance ?

Ibrahima Konaté : on va reporter pour quelle raison ? Ceux-là qui veulent qu’on reporte, ce sont des gens qui ne veulent pas que le pays bouge. Ce sont des gens qui pensent que le pays doit aller à leur humeur. Ce n’est pas possible. On a préparé les élections, la CENI s’est prononcée, toutes les dispositions financières ont été prises. Est-ce que vous savez combien de milliards l’Etat a déjà engagés dans les préparatifs de ces élections ? Reporter encore et mettre à l’eau notre argent qu’on a déjà injecté ? Pour quelle raison ? C’est impossible ! Parce que si c’est le fichier en l’occurrence, les organisations internationales, notamment l’Union africaine et la CEDEAO, ont envoyé des experts pour corriger les imperfections qui étaient à ce niveau. Ça a été fait. Donc, l’argument selon laquelle il faut reporter ces élections ne tient pas. Ce n’est pas possible.

Interview réalisée par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin