Quelques jours seulement après le lancement de la campagne électorale, les ennuis commencent pour les opposants à Kankan. Six responsables de l’UFDG, le principal parti d’opposition du pays, ont été arrêtés et auditionnés par la police ce mardi, 22 septembre 2020, dans cette ville. Leur formation politique est accusée d’avoir semé des troubles dans la capitale de la Haute Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

A quelques semaines de la présidentielle du 18 octobre prochain, l’UFDG (le principal d’opposition du pays) engrange beaucoup de soutiens à Kankan, bastion historique du RPG Arc-en-ciel (le parti au pouvoir). Hier nuit, de nombreux citoyens ont défilé dans les rues de la ville, exprimant leur soutien au parti de Cellou Dalein Diallo. Et, cette situation ne laisse pas indifférentes les autorités locales, qui ne veulent pas sentir la présence de l’opposition dans la zone.

Antoine Dogbo Guilavogui, secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan

Ce mardi matin, trois responsables locaux de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée et trois autres venus de Conakry ont été arrêtés et auditionnés par la police. Selon Antoine Dogbo Guilavogui, le secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan, c’est le préfet qui a ordonné leur arrestation. « C’est le maire de Kankan qui m’a appelé pour me dire que le préfet veut me parler. Amara Lamine Soumah m’a demandé de venir avec les trois missionnaires de l’UFDG qui sont venus de Conakry.

Lorsque nous sommes entrés dans son bureau, nous étions au nombre de six, le préfet a ordonné qu’on nous retire nos téléphones et qu’on nous fouille, comme si nous sommes des bandits. Après, il nous a dit que des militants de l’UFDG sont sortis hier nuit pour semer le trouble en ville, je lui ai dit que ce ne sont pas nos militants. Après, il a ordonné au commissaire de nous envoyer à la police pour nous auditionner », a expliqué le responsable du principal parti d’opposition du pays à Kankan.

Après l’audition, les six opposants ont été libérés. Antoine Dogbo Guilavogui indique qu’aucune charge n’a été retenue contre eux. Joint au téléphone par Guineematin.com, le préfet de Kankan, Amara Lamine Soumah, a refusé de se prononcer cette affaire.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin