Depuis quelques semaines, la ville de Mandiana est confrontée à une crise de charbon. Et, la rareté de ce précieux morceau de bois qui sert à faire la cuisine a entraîné une hausse vertigineuse de son prix. Aujourd’hui, le sac de charbon est vendu jusqu’à plus de 50 milles de francs dans cette ville de la Haute Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Tout est parti d’une réunion organisée il y a un mois par le secrétaire général de la mairie de Mandiana. Fracédy Condé a invité les producteurs de charbon, les chefs de quartiers de la ville ainsi que les conservateurs de la nature, pour chercher à réglementer le secteur. Mais la rencontre a tourné en fiasco. Trois responsables des producteurs de charbon, y compris leur président, Ousmane Kaba, ont été arrêtés et placés en détention.

« Lors de cette réunion, il ne nous a été donné aucune directive à suivre. Du début à la fin de son intervention, le secrétaire général de la commune ne faisait que nous insulter. Cela nous a vraiment énervés à tel point que nous avons voulu même nous retirer de la salle. Mais les chefs de quartier présents et les conservateurs de nature nous ont suppliés de rester. Après, le général s’est levé pour nous dire de sortir de son bureau.

Et quand on est sortis, il a ordonné de nous arrêter et nous envoyer à la gendarmerie. On a passé toute la journée à la gendarmerie. C’est dans la soirée que des personnes de bonne volonté sont intervenues pour que nous soyons libérés. Mais le secrétaire général de la commune a exigé qu’on paie 1 500 000 francs pour récupérer nos trois motos qui étaient également saisies », a expliqué le président des producteurs de charbon de Mandiana.

Selon lui, ce sont ces agissements du secrétaire général de la mairie de Mandiana qui sont à l’origine de la crise de charbon constaté actuellement dans la ville. « Après cette rencontre, certains producteurs de charbon se sont déplacés pour aller à Kankan et à Siguiri, et d’autres ont carrément abandonné ce travail. Car on n’a rien fait de mal pour mériter la prison », a laissé entendre Ousmane Kaba.

Fixé officiellement à 35 000 francs, le prix du sac de charbon a grimpé en l’espace de quelques semaines jusqu’à plus de 50 000 francs par endroits.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin