Honorable Fodé Mohamed Soumah, président du parti la Génération Citoyenne (GeCi)

Comme annoncé précédemment, les sages des 4 coordinations régionales se sont retrouvés hier, mercredi 23 septembre 2020, au domicile du président de la coordination régionale de la Basse Côte, Elhadj Sèkhouna Soumah, à Tanéné, dans la préfecture de Dubréka. L’objectif de la rencontre était de faire la situation sur l’attaque perpétrée contre eux par les forces de l’ordre, au domicile du Kountigui, les 1er et 2 de ce mois. L’honorable Fodé Mohamed Soumah, le président de la Génération Citoyenne (GeCi) qui était présent à cette réunion, a exigé que toute la lumière soit faite autour de ce dossier pour que les auteurs et commanditaires de cette infraction soient jugés et punis conformément à la loi, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Dubréka.

L’honorable Fodé Mohamed Soumah, le président de la GeCi est très en colère contre les agents qui ont attaqué les responsables des quatre coordinations régionales du pays. Il trouve inacceptable que des gens, de surcroît les détenteurs de la puissance publique, s’en prennent à nos autorités morales.

« Je suis là pour magnifier cette réunion qui regroupe les sages des quatre régions naturelles et aussi leur apporter ma solidarité par rapport aux évènements passés. Je trouve que c’est regrettable qu’on en soit arrivé là. Les gens ont une liberté de manifester, de tenir des réunions, il faut respecter cette disposition constitutionnelle. Mais, vous savez, lorsqu’on érige l’impunité en règle, ça crée des dérapages de cette nature. Dans un pays normal, s’il y a quelque chose qu’on peut respecter après la constitution, ce sont les autorités morales. Eh bien, lorsque cette règle est bafouée chez nous, quand on sait que nous sommes dans une société ancrée culturellement, historiquement dans le respect du droit d’aînesse, des institutions et aussi des chefferies traditionnelles, je pense que c’est regrettable. Le fait de voir ce silence coupable des autorités publiques me désolent davantage. Nous exhortons le pouvoir judiciaire à faire son travail. Et, j’espère que ceux qui ont commis cette forfaiture répondront de leurs actes. Même si on ne voit pas les visages, on voit les plaques d’immatriculation, les photos circulent. J’ai été scandalisé de voir le nombre de douilles. C’est une attaque préparée qui a duré des heures. Je trouve inadmissible que ça passe comme une lettre à la poste. J’ose espérer que la justice va se prononcer face à ce déni qui l’accable », a-t-il dit.

Honorable Fodé Mohamed Soumah s’est par ailleurs exprimé sur la volonté du président Alpha Condé de s’accrocher au pouvoir au-delà de ses deux mandats constitutionnels. « Le président Alpha Condé était tenu par les deux mandats constitutionnels. C’est-à-dire la constitution de 2010 sur laquelle il a prêté serment. Je ne peux pas comprendre qu’on puisse justifier l’injustifiable. On ne pouvait pas dire aujourd’hui qu’il y a une 4ème République ; donc, ça remet les compteurs à zéro, alors que le mandat qui le concernait, c’était deux mandats de 5 ans. Donc, aujourd’hui, on va droit dans le mur avec un mandat de 6 ans. Comment vous pouvez concevoir un nouveau mandat après 10 années d’exercice ? C’est ce que la GeCi condamne et continue de condamner », a-t-il insisté.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin