Les tensions ont baissé mais la méfiance reste de mise à Kendoumayah, un district de la sous-préfecture de Wonkifong, situé à 8 kilomètres de la ville de Coyah. Depuis plusieurs jours, un conflit domanial opposait les populations aux institutions de l’Eglise catholique installées dans la localité. Les citoyens voulaient récupérer deux domaines « légalement occupés » depuis de nombreuses années par les religieux.

Aujourd’hui, les travaux d’expropriation qui étaient en cours ont été arrêtés, mais les responsables de l’Eglise sont toujours préoccupés par rapport à la suite qui sera donnée au dossier, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon nos informations, les autorités préfectorales de Coyah ont convoqué les citoyens qui cherchaient à récupérer les domaines de plusieurs hectares qui sont occupés par les institutions religieuses. Le préfet leur a donné l’ordre d’arrêter les travaux de lotissement des domaines litigieux qui étaient en cours depuis quelques jours. Après cette rencontre, les citoyens ont retiré les machines qu’ils avaient déployées sur le terrain. Mais l’arrêt de ces travaux ne rassure pas les responsables de l’Eglise catholique, qui craignent une résurgence du problème à tout moment.

« Est-ce que les travaux sont arrêtés pour que justice soit faite ou bien c’est juste pour calmer la situation jusqu’après les élections ? Nous ne savons rien encore. Donc, nous sommes toujours très inquiets parce qu’on ne sait pas qu’est-ce qui va advenir après. Normalement, si le problème était résolu, on devait nous le signifier par écrit. Mais il n’y a pas encore une telle décision. Donc, on a toujours peur parce qu’on n’a aucune garantie pour le moment que les gens ne vont pas revenir après », a confié Fatou Maria Gbilimou, membre du conseil paroissial de Kendoumayah.

L’Eglise catholique assure avoir acquis légalement les domaines que la communauté de Kendoumayah souhaite récupérer. Elle demande aux autorités guinéennes de rendre justice pour résoudre définitivement ce conflit.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin