Comme annoncé précédemment, les quatre coordinations régionales du pays se sont retrouvées hier, mercredi 23 septembre 2020, au domicile du Kountigui de la Basse Côte, Elhadj Sékhouna Soumah. A cette occasion, Elhadj Ousmane Fatako Baldé, le président de la coordination régionale des Foulbhés et Haali poular de Guinée, a réitéré son opposition à un 3ème mandat d’Alpha Condé. Pour ce sage du Fouta Djallon, Alpha Condé doit quitter au terme de son second et dernier mandat constitutionnel, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Dubréka.

Elhadj Ousmane Fatako Baldé, président de la coordination régionale des Foulbhés et Haali poular de Guinée

Dénonçant l’attaque dont les sages des autres coordinations régionales et lui ont été victimes chez Elhadj Sékhouna Soumah à Tanènè, il y a un peu plus de 20 jours, Elhadj Ousmane Fatako Baldé estime qu’il n’y a aucune raison pour justifier ce comportement des forces de l’ordre. « On était à Tanènè chez Elhadj Sékhouna Soumah pour nous prononcer en tant qu’autorités morales sur la situation sociopolitique du pays. Ne pas réagir à une situation aussi cruciale comme celle que nous vivons actuellement c’est que nous sages avions démissionné de notre mission. Et, c’est lors de cette réunion que des agents de maintien d’ordre n’ont pas trouvé mieux que de venir nous lancer du gaz lacrymogène. Au moins, 330 bombes lacrymogènes ont été lancées sur nous le 1er et 2 septembre, simplement parce que nous nous sommes réunis pour nous exprimer sur une préoccupation, celle du respect du mandat constitutionnel par le président Alpha Condé. La constitution prévoit deux mandats. Alpha Condé a eu la chance de faire deux mandats. Pourquoi veut-il violé la loi ? Nous nous sommes soumis durant tous les deux mandats que le peuple de Guinée lui a accordé, qu’il quitte maintenant pour laisser la place à un autre Guinéen. C’est ce que la constitution a dit. Il faut qu’il respecte ça… », a dit Elhadj Ousmane Fatako Baldé.

Pour le président de la coordination régionale Foulbés et Haali poular de Guinée, il faut impérativement que la justice fasse son travail pour arrêter les auteurs et commanditaires de l’attaque de Tanènè. « Si jusque-là le gouvernement n’a pris aucune décision pour sanctionner les auteurs de l’attaque dont nous avons été victime à Tanènè, c’est qu’il en savait quelque chose. Sinon, on ne peut pas comprendre que jusque-là que personne ne vienne dire que c’est nous qui avons mandaté des agents pour aller tirer sur vous ou que c’est nous qui avons lancé ces gaz lacrymogène. Comme nous l’ont enseigné nos parents, le silence aussi est une réponse. Donc, les autorités, à travers leur silence, montrent qu’elles ne regrettent pas leurs actes… Nous n’avons pas la force de réagir comme eux ; mais, nous avons fait ce que la loi nous autorise, porter plainte contre ceux qui nous ont agressés. Et, nous espérons que la justice va faire toute la lumière sur ce qui nous est arrivé à Tanènè », espère Elhadj Ousmane Fatako Baldé.

Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Dubréka

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin