Ismaël Condé, premier vice-maire de Matam

Dans la soirée d’hier, samedi 26 septembre 2020, Ismaël Condé, le premier vice-maire de Matam, a été arrêté chez lui. Élu sous la bannière du parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel, monsieur Condé avait soutenu le changement de la constitution, le 22 mars dernier. Mais, il s’est clairement opposé à la volonté du président Alpha Condé de confisquer le pouvoir et demandé que le parti au pouvoir présente un autre candidat. Ce qui lui a valu une exclusion. Et, sans hésiter, il s’est rallié au principal parti de l’opposition guinéenne et promis une victoire de Cellou Dalein Diallo au scrutin du 18 octobre prochain. 

Peu après son adhésion à l’UFDG, le vice-maire avait été visé par une PME de ramassage d’ordures. Suite à une plainte de cette PME, il sera interpellé et détenu quelques jours, avant d’être conduit au tribunal de première instance de Mafanco, en compagnie du maire, Seydouba Sacko, issu de l’UFR (un autre parti de l’opposition). Après avoir été entendu par le procureur, les deux premiers responsables de la mairie de Matam, avaient été mis à la disposition du juge d’instruction. Et ce dernier les inculpera pour « escroquerie et déséquilibre dans l’octroi d’un marché ». Ils seront tout de même mis en liberté assortie de leur placement sous contrôle judiciaire, le 14 juillet 2020.

Face à cette nouvelle arrestation de monsieur Condé, Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, estime que c’est la faiblesse du régime actuel qui explique son agressivité envers toute personne opposée à une confiscation du pouvoir…

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, les réactions du président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, et de son vice-président Dr. Fodé Oussou Fofana :

 

La réaction de Fodé Oussou Fofana :

Je suis estomaqué, totalement outré et profondément désemparé suite à l’enlèvement de Ismaël Condé Membre du BE de l’UFDG par des ravisseurs non encore identifiés.

Cette pratique d’une autre époque qui devient légion dans notre pays est la preuve que le régime actuel bascule tout droit dans la tyrannie.

Je condamne fermement l’acte et je demande sa libération sans délai. Trop c’est trop.

La Guinée ne sera un royaume ni une jungle où s’appliquera la raison du plus fort.

Ne dit-on pas que quand un régime est faible, il devient agressif ? C’est la raison pour laquelle que je demanderai au peuple de Guinée dans sa majorité et sa diversité de former un bloc de mur imperméable pour voter massivement contre ce clan atteint d’une myopie morale et frappé d’une haine viscérale.

Aucun guinéen ne mérite la prison pour ses opinions et ses libertés de choix.

Le changement s’impose et votons tous utile le 18 octobre prochain pour mettre hors état de nuisance Alpha Condé et ses laquais.

Elhadj Dr Fodé Oussou FOFANA, Vice-Président UFDG

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin