Lamarana Bah, coordinateur régional du FNDC de Boké

Au moins sept (7) personnes ont été blessées dans les échauffourées qui ont éclaté depuis la nuit d’hier, lundi 28 septembre 2020, dans la ville de Boké entre les forces de l’ordre et des jeunes manifestants qui se réclament du front national pour la défense de la constitution (FNDC). Un jeune homme dont on ignore encore l’identité a également a été interpellé par les forces de l’ordre, a appris le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Dans la ville minière de Boké, les manifestations du FNDC pour « chasser Alpha Condé » du pouvoir ont commencé dans la nuit d’hier, lundi, aux environs de 23 heures. Des jeunes, opposés à un troisième mandat du président Alpha Condé, sont sortis dans la rue pour ériger des barricades et brûler des pneus sur la chaussée. Le ton a été donné par les jeunes de Dembaya. Et, comme une traînée de poudre, le vent de la contestation s’est propagé dans les autres quartiers de la commune urbaine.

Déterminés à se faire entendre, les groupes de jeunes opposants ont tenu tête aux forces de l’ordre qui sont intervenues pour les disperser. Pendant plusieurs heures, les deux camps se sont affrontés avec des jets de pierres contre gaz lacrymogènes. Les violences ont fait des blessés dans les rangs des manifestants, avant que les forces de l’ordre ne réussissent à reprendre le contrôle du terrain pour débarrasser la chaussée des barricades et rétablir la circulation.

Cependant, le répit n’a été que de courte durée. Car, très tôt, dans la matinée de ce mardi, 29 septembre 2020, les groupes de jeunes opposants sont encore sortis pour manifester. Très vite, ils se sont heurtés à la résistance des forces de l’ordre qui étaient sur le qui vive. Les échauffourées entre les deux camps ont également fait des blessés dans les rangs des manifestants.

Rencontré par le correspondant local de Guineematin.com, cet après-midi, Lamarana Bah, le coordinateur régional du FNDC de Boké, dresse un bilan de sept blessés. « Le mouvement a commencé depuis la nuit. Les jeunes sont sortis barricader la route pour exprimer leur mécontentement face à la volonté d’Alpha Condé de s’éterniser au pouvoir en Guinée. Mais, malheureusement, nous avons été dispersés par les agents des forces de l’ordre. Ce matin, on a arrêté un jeune de notre mouvement. Nous avons eu sept blessés dont un grave. Pour le cas du blessé grave, il a été conduit à l’hôpital ; et, on attend ce que diront les médecins », a indiqué Lamarana Bah.

A l’heure où nous écrivions ces quelques lignes (15 heures 50’), un calme précaire régnait dans la commune urbaine de Boké. Les jeunes manifestants se sont retranchés dans les quartiers ; alors que les forces de l’ordre sont stationnées au niveau des carrefours et autres points stratégique de la ville.

Dans la ville, les activités sont paralysées. Le marché central est quasiment désert, les boutiques et magasins encore fermés et la circulation est quasiment inexistante. Seuls quelques très rares motards ronronnent encore sur les artères de la ville.

A rappeler que les manifestations de ce mardi à Conakry et dans certaines ville de l’intérieur du pays s’inscrivent dans une série de manifestations programmées par le FNDC pour « chasser Alpha Condé » qui a refusé de quitter le pouvoir à la fin de son second et dernier mandat légal, compromettant ainsi la possibilité d’une alternance démocratique à la tête de la République de Guinée.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel: 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin