Aboubacar Sidiki Camara, responsable communication du MENA

Pour encourager les élèves guinéens, le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MEN-A) va décerner des prix à plus d’une centaine d’élèves et encadreurs qui se sont distingués pendant le déroulement des examens nationaux, session 2020. Il s’agit des candidats qui ont réussi à occuper les premières places au niveau de l’examen d’entrée en 7ème année, du BEPC et du Baccalauréat, ainsi que certains de leurs enseignants et encadreurs. Ils recevront ces prix à l’occasion d’une cérémonie qui aura lieu demain, jeudi 1er octobre 2020, à Conakry. C’est Aboubacar Sidiki Camara, le chargé de communication du département, qui l’a annoncé au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com hier, mardi.

Décryptage !

Guineematin.com : le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation innove en décidant de décerner des prix aux lauréats des différents examens nationaux de cette année. Qu’est-ce qui a motivé cette initiative ?

Aboubacar Sidiki Camara : vous savez que les examens nationaux sont des exercices, des épreuves qui, dans leur préparation, interpellent les élèves, les enseignants, les parents d’élèves et nous de l’administration. Conscients qu’un candidat qui a décroché son examen national avec mention a fourni des efforts considérables pour aboutir à ce résultat, il a accepté d’adopter des comportements qui lui permettent d’aboutir à ce résultat, nous avons estimé que ces candidats qui se sont distingués par leur travail, leur encadrement, les enseignants qui les ont eu durant l’année dans les disciplines dans lesquelles ils ont fait l’ascendance, méritent d’être récompensés et encouragés. C’est une idée que nous développons depuis quelques années pour encourager ces encadreurs et ces candidats.

Nous allons donc organiser une cérémonie nationale à leur intention. Ceux qui sont à l’intérieur du pays et qui se sont distingués, seront appelés ici à Conakry. S’il y en a certains qui sont à Conakry, ils viendront se joindre à eux pour qu’ensemble, dans une cérémonie solennelle, nous puissions leur adresser tous nos remerciements et les encourager à suivre ce chemin non seulement pour leur réussite, mais aussi pour la réussite de toute la nation. Parce que quand un enfant guinéen réussit, c’est la nation guinéenne qui a réussi. C’est donc le motif principal qui nous amène à organiser cette cérémonie de remise de prix à ces lauréats et à leurs encadreurs, le jeudi 1er octobre 2020, au palais du peuple, ici à Conakry.

Guineematin.com : combien de personnes seront distinguées, et quels sont les prix qui leur seront décernés ?

Aboubacar Sidiki Camara : nous avons voulu nous intéresser à tous les examens nationaux. Du Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE), au Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) et au Baccalauréat unique, nous avons pris les lauréats à tous les niveaux. Ils pourraient aller du 1er jusqu’au 5ème en franco-arabe tout comme en enseignement général. Ils sont plus d’une centaine qui ont été identifiés par le département et qui recevront des prix. Ces prix sont nettement symboliques. Le but n’est pas lucratif mais tout ce qu’il faut dans le domaine des études, notamment des livres, parfois des ordinateurs et tout ce qui peut leur permettre davantage d’être collés à leur apprentissage. Apprendre avec beaucoup plus de facilité et de modernisme.

Et si vous avez souvenance, vous constaterez que les années précédentes, on choisissait souvent les premiers de chaque option que nous venons présenter au président de la République, qui se réjouit et qui leur donne également des récompenses spécifiques. Il y a quelques années, nous avons souvent agi de cette façon. Cette année, ce contact peut ne pas avoir lieu compte tenu la pandémie. Même avec ceux qui vont venir, c’est avec toutes les précautions que nous allons agir pour éviter aux uns et aux autres les risques de contamination. Donc, nous allons nous accentuer sur les cadeaux habituels que nous donnons aux élèves. Et, il n’y a pas meilleur cadeau qu’on peut donner en premier lieu à un élève qu’un livre ou alors un instrument numérique qui peut lui permettre davantage de se former pour que son avenir soit garantie et qu’il ait une formation solide au plan national et international.

Guineematin.com : est-ce que cette année encore il y aura des bourses d’études pour l’extérieur du pays ?

Aboubacar Sidiki Camara : bien sûr. Je le confirme sous le contrôle de mon ministre. C’est vrai que je n’ai pas assez d’informations là-dessus, mais c’est clair aussi qu’il y aura des lauréats qui bénéficieront des bourses d’études à l’extérieur. Je parle sous le contrôle de mon ministre, parce que je l’ai entendu le dire.

Guineematin.com : quel message particulier vous avez à lancer à l’endroit des élèves guinéens en général et de ceux qui n’ont pas réussi à décrocher leur examen cette année ?

Aboubacar Sidiki Camara : le massage du MEN-A, par ma voix, est d’encourager tous les élèves guinéens. C’est pourquoi nous trouvons des motifs d’encouragement pour les candidats qui ont réussi avec brio cette année. Nous leur demandons de redoubler d’efforts parce que ce qui les attend ne se limite pas seulement aux quatre murs de la Guinée. Ils auront à faire valoir ce qu’ils apprendront scientifiquement sur l’arène sous régionale, africaine et même internationale. Qu’ils n’oublient pas que dans les autres pays, des milliers ou des centaines de milliers comme eux apprennent de la même façon, les mêmes programmes et cherchent à se préparer pour être sur le marché de l’emploi. Donc, quand on sait qu’on doit être confronté à des personnes hors de chez soi, le mieux serait de bien se préparer pour sortir gagnant des affrontements. Si je parle d’affrontement, c’est celui intellectuel.

Donc, qu’ils prennent courage, qu’ils accentuent les efforts pour que demain, ils puissent être l’espoir de la Guinée. Qu’ils puissent être la voix de la Guinée, afin de permettre à notre pays de compter sur eux. C’est le message à l’endroit de tous les élèves guinéens. Pour ceux qui n’ont eu la chance d’être admis au baccalauréat, je voudrais, au nom du département, les encourager. Leur dire que l’échec en soit n’est pas mauvais. Mais, prendre l’échec comme étant un motif d’un autre échec de la vie, pourrait être fatal pour le candidat. Donc, que leur échec au baccalauréat ou bien dans les autres examens cette année soit plutôt un motif de tirer les leçons, de se préparer. Et, j’en suis sûr, s’ils écoutent ce message, demain ils pourront être parmi les admis, et pourquoi pas parmi les lauréats que nous allons recevoir bientôt.

Entretien réalisé par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin