Etienne Soropogui, président du Mouvement « Nos Valeurs Communes »

Le tribunal de première instance de Dixinn a rendu ce jeudi, 1er octobre 2020, sa décision sur le dossier opposant Malick Sankhon, directeur général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, à Étienne Soropogui, président du mouvement politique « Nos Valeurs Communes ». La juridiction a condamné l’opposant à une peine pécuniaire, a constaté un reporter de Guineematin.com qui est sur place.

Dans cette affaire, Malick Sankhon poursuivait Étienne Soropogui pour diffamation par voie de presse. Cela, suite à une sortie médiatique du président du mouvement « Nos Valeurs Communes » dans laquelle il a accusé le directeur général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale d’être l’instigateur de l’incendie de 9 véhicules survenu dans la nuit du mardi au mercredi, 22 janvier 2020, à la Casse (Conakry).

Le plaignant réclamait le rétablissement de son honneur et sa considération, « foulés au sol » par le prévenu. Et, à l’issue des débats, le juge Alphonse Charles Wright a reconnu Étienne Soropogui coupable des faits qui lui sont reprochés. Il a condamné l’ancien commissaire à la CENI au paiement d’une amande de 2 millions de francs guinéens et un montant de 20 mille francs guinéens à titre de dommages au profit de Malick Sankhon. Le juge a ordonné également la publication de cette décision dans 3 journaux : L’observateur, Le Lynx et L’indépendance, aux frais du condamné.

A noter que ni Étienne Soropogui, ni son avocat n’étaient présents à cette dernière audience.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin